Un aménagement avec des nénuphars flottants est prévu près du pont Noir.
Un aménagement avec des nénuphars flottants est prévu près du pont Noir.

Les mosaïcultures s’ajoutent au circuit touristique

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Le pourtour du lac des Nations, le domaine Howard et le carré Strathcona feront partie du circuit des mosaïcultures que la Ville de Sherbrooke mettra en place cet été. Il faudra compter 14 œuvres pour cette première phase, alors que trois autres installations sont prévues en 2019.

« C’est un concept d’art urbain et de mosaïcultures. Ce seront des installations implantées selon l’esprit du lieu, soit les caractéristiques historiques et naturelles. Ce sont toujours des structures qui intègrent des plantes, mais qui ont un côté sculptural », résume Valériane Noël, architecte-paysagiste à la division des parcs et espaces verts à la Ville de Sherbrooke.

Le budget total est évalué à 200 000 $, dont 100 000 $ ont servi à construire une nouvelle serre-atelier au domaine Howard l’an dernier.

On prévoit notamment des installations près de la place de la Gare, près du pont Noir, dans la côte King, devant l’hôtel de ville et dans un talus gazonné au lac des Nations. La deuxième phase en ajoutera au Bureau d’information touristique, à la place de la Cité et dans la gorge de la rivière Magog.

Valériane Noël parle entre autres d’une œuvre anamorphose composée de 12 colonnes, une image qui se transforme selon le point que choisit le spectateur, près du marché de la Gare. Des nénuphars flottants seront installés près du pont Noir, au parc Jacques-Cartier, et on compte réutiliser les grenouilles qui ont valu la palme d’or à la Ville de Sherbrooke aux Mosaïcultures de Montréal en 2013.

Guylaine Boutin, directrice du Service de l’entretien et de la voirie, avance qu’il n’y aura pas de pression supplémentaire sur le budget pour l’entretien parce que la Ville changera ses façons de faire. L’utilisation de jardinières un peu partout en ville a entre autres été abandonnée. On plantera plus de vivaces et le concept de potager urbain pourrait être exploré.

La conseillère Annie Godbout, également présidente de Destination Sherbrooke, dit « avoir vibré » à la présentation du projet. « C’est un circuit authentique qui s’intègre bien au paysage. »

Guylaine Boutin a d’ailleurs souligné le potentiel touristique du projet, citant quelque 1,5 M de visiteurs pour voir les 27 mosaïcultures d’un symposium à Gatineau en 2017. Le jardin de Kingsey Falls attire pour sa part 40 000 personnes par année selon elle. Il est d’ailleurs prévu de créer une synergie entre les mosaïcultures, le circuit des murales et le circuit photo autour du lac des Nations.

« C’est un autre moyen pour rendre notre ville plus belle. C’est un beau complément au circuit des murales », a commenté Rémi Demers.

Chantal L’Espérance a pour sa part proposé de créer un lien avec le parc de la Rive, à Brompton, espérant voir une œuvre y être installée.

« Quel beau projet! », a simplement conclu le maire Steve Lussier.

L’inauguration du circuit est prévue en juillet et plusieurs sculptures pourront être appréciées même en hiver.