Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les marchés boursiers sont à la hausse alors que l’actualité est très volatile depuis quelques jours, notamment aux États-Unis.
Les marchés boursiers sont à la hausse alors que l’actualité est très volatile depuis quelques jours, notamment aux États-Unis.

Les marchés en hausse avec l’arrivée des « centristes » au pouvoir

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
« Les centristes ont gagné les élections américaines et les marchés boursiers ont bien réagi. »

Mario Lavallée, professeur de finance à l’Université de Sherbrooke, constate que les bourses sont au vert alors que l’actualité est très volatile depuis quelques jours. Exemple : le Dow Jones, indice phare de la bourse de New York, était à la hausse mercredi alors que des partisans du président Donald Trump envahissaient le Capitole.

« Ça peut paraître déconnecté, mais la bourse monte alors qu’on tente un coup d’État à Washington. C’est paradoxal, je l’avoue », commente le spécialiste.

« Ça met de côté la folie d’un homme et ça ramène beaucoup d’intervenants sur Terre. Des gens plus modérés ont repris la situation en main. Même le vice-président Mike Pence semblait en contrôle. »

On a vu le président élu Joe Biden nommer à son futur cabinet des gens reconnus pour leurs compétences, poursuit M. Lavallée. « L’élément clé c’est que les centristes sont de retour au pouvoir. Ce sont moins des extrémistes qui vont gérer le pays », analyse-t-il.

« C’est positif pour les marchés. On va voir des programmes pour soutenir les consommateurs se mettre en place. C’est positif pour les marchés. »

Jeudi à l’ouverture, la Bourse de New York a continué sa course entreprise après la certification de l’élection de Joe Biden à la présidence américaine. Le Dow Jones avançait de 0,42 % et le NASDAQ, de 1,02 %.

Mercredi, au cours d’une séance volatile où le Congrès a été assailli par une foule de partisans pro-Trump, le Dow Jones avait malgré tout engrangé un record à 30 829,40 points (+1,44 %). Le NASDAQ, à forte concentration technologique, avait perdu 0,61 % à 12 740,79 points. Le S&P 500 avait avancé de 0,57 % à 3748,14 points, rapporte l’AFP.

En parallèle, la crise du coronavirus ne semble pas inquiéter les investisseurs. « Les marchés voient la fin de la pandémie, dit Mario Lavallée. Les vaccins commencent à être distribués dans le monde. »

« D’ici un an, nous serons revenus à la normale. Les marchés boursiers voient pour les trois à quatre prochaines années. Il y a de la lumière au bout du tunnel et ce n’est pas un train… » 

De plus, on sent un engouement de la part des particuliers pour des investissements sur les marchés boursiers. La faiblesse de la générosité des obligations des gouvernements actuellement incite les investisseurs à se tourner vers les actions, alors que plusieurs entreprises offrent encore d’intéressants dividendes.

M. Lavallée souligne que de nos jours de nombreux produits financiers sont à la disposition des gens ayant des sous à investir. Il donne l’exemple des fonds négociés en bourse (FNB) qui offrent une grande variété et de la flexibilité selon les besoins des investisseurs.

« Au lieu d’acheter des actions des banques, tu peux acheter un FNB qui a toutes les institutions canadiennes », affirme-t-il.

Dans la foulée, jeudi matin, les économistes en chef des grandes banques canadiennes disaient s’attendre à ce que l’économie rebondisse cette année, mais préviennent que le fait de ne pas contrôler la COVID-19 ou de ne pas connaître une bonne campagne de vaccination pourrait perturber cette reprise.