Sherbrooke compte 5004 locaux pouvant être utilisés pour des activités commerciales ou des services. De ce nombre, 4571 étaient occupés.

Les locaux commerciaux occupés à 91,35 %

Le commerce au détail a poursuivi sa progression en 2018 au Québec alors que le taux d’occupation des locaux commerciaux est demeuré stable à Sherbrooke, à 91,35 %. Si le nombre de faillites a légèrement augmenté, le taux de chômage est demeuré bas.

Commerce Sherbrooke déposait son rapport annuel, lundi, faisant ainsi la synthèse des mouvements commerciaux de 2018. On y rappelle que l’indice des prix à la consommation a grimpé de 2,1 % en 2018 et que les domaines du transport, des boissons alcoolisées et des produits du tabac ont été particulièrement touchés par des hausses de prix. On révèle aussi que la région métropolitaine de Sherbrooke a perdu 3700 emplois, ce qui suit la tendance des régions métropolitaines de Québec, Trois-Rivières et Saguenay, alors que l’Estrie a plutôt connu une hausse de 5000 emplois. Ces données tiendraient possiblement compte des postes laissés vacants par des départs à la retraite ou en raison de la pénurie de main-d’œuvre, selon Commerce Sherbrooke.

L’organisation précise néanmoins que la création d’emplois s’est accélérée dans le premier trimestre de 2019 pour compenser les pertes de 2018.

« L’équipe de Commerce Sherbrooke, au cours de la dernière année, a effectué plus de 235 interventions afin de faciliter l’implantation de projets commerciaux. Ce sont des services très appréciés des investisseurs. C’est au centre-ville que nous avons accompagné le plus de promoteurs dans des projets d’ouverture ou de relocalisation », mentionne le président de Commerce Sherbrooke, Rémi Demers. Ce sont effectivement 52 entreprises qui ont retenu les services de l’organisation pour une ouverture ou une relocalisation.

« Les services les plus utilisés sont la recherche de locaux et le partage de données démographiques des différents secteurs. »

Sherbrooke compte 5004 locaux pouvant être utilisés pour des activités commerciales ou des services. De ce nombre, 4571 étaient occupés, soit un taux d’occupation de 91,35 %.

« Un des enjeux majeurs, vous vous en douterez, c’est le plein emploi actuellement avec un taux de chômage avoisinant le 3,8 %. Il y a énormément de défis de ce côté. Nous devons supporter les commerces à ce chapitre », ajoute Rémi Demers.

Le nombre de faillites dans la région métropolitaine de Sherbrooke était de 31 en 2018, soit en légère progression par rapport aux 27 de 2017. Dans un tableau recensant les données depuis 2011, l’année dernière est celle présentant le plus de faillites.

« Pour l’instant, nous n’avons pas les outils pour nous permettre d’expliquer de façon très claire pourquoi il y en a eu plus l’an dernier. Peut-être y a-t-il eu plus de démarrages d’entreprises également. Ce sera plus facile d’avoir des données précises quand nous aurons notre propre observatoire économique l’an prochain », rapporte François Desmarais, directeur général adjoint à Commerce Sherbrooke.

La valeur des permis de construction du secteur commercial a bondi de 82,4 % en 2018, passant de 10,13 M$ à 18,48 M$. Les principaux projets réalisés sont la rénovation du bâtiment Consortium-FTQ de la rue Rand (2,8 M$), la construction d’un immeuble du Groupe Mammouth (2,2 M$) sur le boulevard Bourque et le réaménagement de Volkswagen de l’Estrie (2 M$) sur le boulevard Bourque.

« Un des éléments importants du travail de Commerce Sherbrooke, ce sont les projets de dynamisation. Dans ces projets, il y a eu des activités qui ont attiré près de 45 000 personnes » souligne à nouveau Rémi Demers.