Rappelons que les responsables en services éducatifs en milieu familial avaient déclenché, le 21 septembre dernier, une grève générale illimitée.
Rappelons que les responsables en services éducatifs en milieu familial avaient déclenché, le 21 septembre dernier, une grève générale illimitée.

Les garderies en milieu familial s’entendent avec Québec

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
Les membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) en milieu familial régi et subventionné ont approuvé l’entente de principe à 82,4 % conclue avec le ministère de la Famille.

Rappelons que les responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE) avaient déclenché, le 21 septembre dernier, une grève générale illimitée puisqu’elles ne s’entendaient pas sur l’interprétation de l’article 32 de la Loi sur la représentation de certaines personnes responsables d’un service de garde en milieu familial et sur le régime de négociation d’une entente collective les concernant.

En quelques mots, l’article consiste à dire que les parties doivent convenir d’un emploi comparateur et négocier la rémunération des RSE en conséquence.

Afin d’interpréter l’article 32 autant sur le plan du calcul que des emplois comparateurs, un comité parrainé par un expert indépendant a émis ses recommandations.

Les conclusions de cedit comité s’appliqueraient le 1er avril 2022, indique-t-on dans le récent communiqué de presse de la FIPEQ-CSQ.

« Dans un contexte de recrudescence de la COVID-19, nous souhaitions trouver rapidement un compromis avec le ministère. Cette entente n’est qu’un premier pas vers une véritable reconnaissance des milieux familiaux au Québec », souligne la présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon.

Cependant, le ministère a accepté de bonifier sa dernière offre à 13,11 $ de l’heure pour l’année 2019-2020 en guise d’avance sur l’ajustement monétaire qui sera recommandé.

Le retrait de la plainte pour entrave aux activités syndicales logée par la Fédération en juin dernier est également prévu dans cette entente de principe.

« Bien que la plainte pour entrave aux activités syndicales ait été retirée dans le but d’en venir à une entente, le pourvoi en contrôle judiciaire visant à invalider le décret du gouvernement et le forcer à rembourser nos membres poursuit son cours », mentionne toutefois Valérie Grenon.

Ce litige reposait sur la promesse du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, de payer la contribution parentale de 8,35 $ par jour pour les parents qui choisissent de ne pas envoyer leur enfant au service éducatif en milieu familial.

La présidente de la FIPEQ-CSQ lance également un appel au calme. Elle affirme que ses membres ont été choqués par les déclarations publiques du ministre à leur endroit au cours des derniers mois. Valérie Grenon souhaite qu’elles soient respectées, écoutées et entendues dans ce processus avec le comité de rémunération.

« Le ministère doit entreprendre les travaux qui s’amorceront sous peu avec sérieux et avec la ferme intention de régler les problèmes que nous avons soulevés au sujet de la rémunération », termine Mme Grenon.