Le receveur de passes Melvin Palin célèbre un touché inscrit par les Gaiters, samedi soir, face aux Mounties de Mount Allison.

Les Gaiters se paient une place en finale des Maritimes

Sherbrooke — Les Gaiters de l’Université Bishop’s participeront pour la première fois à la finale de la conférence des Maritimes, samedi prochain face aux Axemen d’Acadia, lors du Loney Bowl. Bishop’s a battu les Mounties de Mount Allison par 28-18 samedi soir au Coulter Field de l’Université Bishop’s, et se retrouve en finale d’une conférence pour la première fois depuis 1994.
Le receveur de passes Nathan Walker a réalisé des attrapés importants tout au long du match, tout en étant très efficace en retour de botté.
C'était la première fois depuis 2013 que les Gaiters accueillaient un match éliminatoire.

Cette année-là, Bishop’s avait eu le meilleur sur les Redmen de McGill par 14-7, alors que les deux équipes évoluaient au sein de la Conférence Ontario-Québec de Football Inter-Collégial. Bishop's avait alors remporté la coupe Dunsmore.

Samedi, les Gaiters ont résisté à une poussée tardive des Mounties au début du quatrième quart, pour ainsi se obtenir une première présence en finale des Maritimes depuis leur arrivée dans cette conférence, il y a trois ans.

Les Gaiters ont porté le coup de grâce aux Mounties au milieu du quatrième quart, lorsque le quart-arrière de première année Charles Aubry a rejoint un autre joueur de première année, le receveur Nathan Lupien, pour le touché.

Ce majeur couronnait une impressionnante séquence offensive des Gaiters, longue de 11 jeux, de 109 verges et qui a grugé quelque 6:24 au cadran.

En avance 28-16 à ce point, les Gaiters n’ont plus jamais regardé en arrière.

Mais plus important encore, cette séquence offensive a été mise sur pied après que le quart Aubry eut échappé le ballon à sa ligne de 10; ballon recouvert, et retourné dans la zone des buts par les Mounties pour le touché.

Une véritable douche d’eau froide qui confirmait le retour dans le match des Mounties.

«J’ai échappé à la pression, et j’ai couru à ma gauche, et le ballon m’a glissé des mains. J’ai voulu passer, mais le ballon m’a échappé. Les entraîneurs m’ont dit d’oublier ça, de penser à la prochaine séquence, et c’est ce que j’ai fait», a dit Aubry (21 en 28, 213 verges de gain, deux passes de touché et une interception).

Et, justement, le jeune quart-arrière des Gaiters a montré du sang-froid lors de la séquence suivante.

«Oui, une belle séquence, avec deux gros attrapés de (Nathan) Walker, qui nous permit d’avancer. Je me sens bien, on digère encore un peu les émotions. Ça a bien été au début du match, mais ils nous ont remonté un peu en fin de rencontre. On a su résister.»

« (Cette séquence offensive au quatrième quart) c’est vraiment le «step-up», une manière de répondre, que l’on recherchait. On parlait de répondre aux événements cette semaine à l’entraînement, et c’est ce que Charles a fait. Nathan Walker a fait deux gros attrapés lors de cette séquence, deux attrapés en situation de deuxième et long, chaque fois, en plus d’avoir payé le prix. L’attaque a fait du gros travail», a confirmé l’entraîneur-chef des Gaiters Chérif Nicolas.

«On le réalise tranquillement pas vite. La défensive est la pièce maîtresse de cette équipe depuis le début de la saison et elle a continué à faire le travail aujourd’hui. Bravo à Fabrice (Raymond, coordonnateur défensif) et à son personnel, qui a mis sur pied tout un plan de match».

Cette victoire est également spéciale pour le Sherbrookois Zach Graveson, qui participait à un premier match éliminatoire dans l’uniforme des Gaiters.

Le vétéran de cinquième année a capté une passe de touché en première demie, devant famille et amis.

«C’est le meilleur feeling au monde! Ça fait des années, on est une équipe qui travaille tellement fort! Les dernières saisons, qui ont été difficiles, ne reflétaient pas notre équipe. Et cette année, on savait qu’on avait un groupe spécial. Depuis que coach Chérif est arrivé, la culture a viré de bord, et on a enfin vu le fruit de nos efforts aujourd’hui», a-t-il expliqué.

«Et attraper une passe de touché dans un match comme ça, le premier match éliminatoire à Lennoxville depuis 2013, c’est un feeling incroyable! Je suis content qu’on ait travaillé aussi fort, ça a vraiment valu la peine.»

«On va en profiter ce soir et dès dimanche, c’est préparation pour le Loney Bowl».

Les Mauves n’ont jamais relâché leur pression sur l’attaque des Mounties; le quart-arrière David Patry (15 en 25 et 170 verges de gain) s’est souvent retrouvé sans option de passe.

Au cumulatif, la défensive des Gaiters n’a permis que 196 verges de gain aux Mounties, pendant que son attaque en produisait 348.

Louve Moussenguet (trois plaqués et un sac du quart), Antoine Walker (six plaqués), Liam Patton (quatre plaqués et deux sacs du quart) et Rémi Desbiens (deux plaqués et un sac du quart) ont pourchassé Patry pendant tout le match.

Les Gaiters ont d’ailleurs réussi sept sacs du quart, dont le dernier, réussi par Desbiens, qui a tué dans l’oeuf la dernière séquence offensive des Mounties.

«Quand tu arrives à ce moment-là, c’est difficile de penser que le jeu que tu viens de faire, c’est le jeu qui scelle le match. Ce jeu-là, je ne peux pas le faire tout seul. Si les gars à côté de moi ne font pas leur travail, et qui ne me donne pas cette confrontation, je fais pas le jeu. Le feeling est incroyable, on a travaillé fort tout au long de l’année. Quand ton numéro est appelé, tu dois faire le jeu», a dit le Sherbrookois Desbiens.

«On voulait déranger le quart-arrière, et c’est ce qu’on a réussi à faire.»

Le défi sera entier, face aux Axemen d’Acadia, samedi prochain.

«Acadia, c’est l’équipe classée numéro 5 au pays, une équipe invaincue, on va se préparer et aller jouer un bon match de football là bas», a dit Chérif Nicolas.

«Acadia est une équipe très bien dirigée avec de très bons athlètes; en défensive, ils ont une couverture très serrée. Ce ne sera pas un match facile», a dit Zach Graveson.

«C’est une semaine comme les autres, on sait ce qui s’en vient, on ne changera rien à notre préparation», a renchéri Rémi Desbiens.