Mgr Luc Cyr s’est adressé aux médias, lundi matin, en compagnie de l'abbé Alain Larochelle.

Les funérailles de Robert Jolicoeur seront célébrées vendredi

L’abbé Alain Larochelle était auprès de l’abbé Robert Jolicoeur quand celui-ci s’est éteint jeudi dernier après avoir perdu son combat contre le cancer. «Son départ s’est fait dans la sérénité et la douceur», raconte-t-il avec une vive émotion dans la voix.

L’abbé Larochelle et l’abbé Jolicoeur faisaient partie d’un petit groupe de trois confrères qui avaient faits leurs premiers pas au Grand Séminaire ensemble en 1972. C’est donc dire qu’ils étaient amis depuis 45 ans.

Lire aussi: Décès de l'abbé Jolicoeur: un curé qui faisait jaser

« Nous étions quatre personnes à nous relayer auprès de Robert dans les derniers jours de sa vie. Quand le médecin nous a dit qu’il n’y avait plus rien à faire, ça s’est quand même terminé vite », souligne l’abbé Larochelle.

Robert Jolicoeur laissait paraître l’image d’un homme de foi flamboyant. Mais il n’était pas que ça, au contraire. « Robert était aussi un homme d’une grande sobriété. Par le biais de ses funérailles, vous pourrez découvrir cette partie de lui qu’on a connu », ajoute-t-il.

Qu’est-ce que Robert Jolicoeur voudrait qu’on retienne de son passage dans l’histoire de l’Église estrienne? « Je crois qu’il voudrait que chacun retienne qu’on a tout ce qu’il faut pour vivre sa foi de façon active et que c’est important que chacun puisse vivre sa foi et l’Évangile à sa façon », ajoute Alain Larochelle.

Robert Jolicoeur habitait à l’archevêché depuis quelques années. Il y aura laissé sa marque par sa grande volonté. « Tous les jours, même quand il n’allait pas bien, il se forçait à prendre des marches dans la cathédrale avec sa marchette », témoigne monseigneur Luc Cyr, l’archevêque du diocèse, qui présidera les funérailles.

« Lorsqu’il s’est rendu au dernier enregistrement de l’émission La victoire de l’amour, Robert Jolicoeur était très faible et souffrant. Robert était un homme de grande volonté, comme son père. Il a tenu à aller jusqu’au bout de son engagement», ajoute Mgr Cyr. L’abbé Jolicoeur sera donc présent au petit écran pendant environ un mois encore. Une émission spéciale est prévue le 18 février.

Funérailles

Les anciens paroissiens du «curé Jolicoeur» sont invités à lui rendre un dernier hommage lors de ses funérailles qui auront lieu à la fin de cette semaine. Il sera possible de se rendre à la Résidence funéraire Steve L. Elkas (4230, rue Bertrand-Fabi à Sherbrooke) jeudi de 19 h à 21 h.

Il sera ensuite exposé en chapelle ardente à la basilique-cathédrale Saint-Michel vendredi à compter de midi. Les funérailles seront célébrées à 14 h. Il sera par la suite inhumé dans la crypte de la cathédrale Saint-Michel.

Il a été décidé que la célébration se déroule un vendredi pour que les prêtres du diocèse puissent assister à la célébration. Le samedi, ils sont fort occupés à célébrer des funérailles et des messes dans leurs églises respectives.