Après une touchante cérémonie, le corps du curé Robert Jolicoeur a été transporté à la crypte de la cathédrale Saint-Michel.

Les fidèles se massent pour dire adieu à Robert Jolicoeur

Le cercueil du curé Jolicoeur a été porté à la crypte de la cathédrale Saint-Michel sous les applaudissements de la foule venue assister à ses funérailles vendredi après-midi. Alors que l’ovation se taisait, un homme a continué de frapper dans ses mains, avant d’envoyer un ultime baiser en direction de la dépouille.

Décidément, on sentait que le cœur y était chez les fidèles qui sont venus dire adieu au populaire curé qui a œuvré dans les paroisses Saint-Charles-Garnier et Saint-Roch avant de prendre sa retraite en 2014.

Depuis, il se consacrait principalement à l’émission La Victoire de l’Amour, diffusée sur les ondes de TVA. L’animateur de celle-ci, Sylvain Charron, a d’ailleurs prononcé un touchant discours sur son ami et confident au début de la cérémonie. « Tant de suicides ont été évités grâce à Robert Jolicoeur. Il pouvait avoir devant lui le plus grand criminel, et il y voyait une belle personne [...] Il a touché tellement de gens par sa simplicité, et en s’intéressant à ceux qui étaient les plus poqués », a-t-il raconté, en ajoutant avoir reçu des témoignages de partout à travers le Québec, mais aussi de France, Suisse ou encore Belgique.

D’ailleurs, même avant son décès, Robert Jolicoeur recevait beaucoup de messages d’auditeurs de l’émission. « Il prenait le temps, même à la fin, de prendre le téléphone et d’appeler ceux qui n’allaient pas bien », rapporte l’animateur.

Un homme dans la trentaine a notamment contacté M. Charron récemment pour lui dire qu’il avait des problèmes de toxicomanie, mais que les paroles de Robert Jolicoeur lui avaient donné la force de se mettre sur le chemin de la rémission.

« Il a dérangé les bien-pensants, et j’espère que je pourrai apprendre de lui à ne jamais avoir peur de parler au nom de Jésus. Je le remercie de tout mon cœur », résume M. Charron.

Cérémonie à son image

Avant de décéder, Robert Jolicoeur avait eu le temps de faire quelques demandes pour la cérémonie qui se tiendrait après son décès. Il tenait notamment à avoir un chœur grégorien, pour rappeler son passage à l’abbaye Saint-Benoît-du-Lac.

Les passages bibliques qui ont été lus étaient les mêmes que lors de son ordination comme prêtre en 1976. Parmi ceux-ci, on retrouvait le moment où le prophète Jérémie s’est fait confier la mission de transmettre la parole divine. « On voit dans ces textes le désir d’un jeune qui s’engage avec l’intention de propager la bonne nouvelle. [...] Robert a répondu à cette attente d’aller vers tous pour la propager, que ce soit dans les paroisses, dans les maisons des jeunes ou encore à des émissions », a rappelé Mgr Luc Cyr, qui présidait la cérémonie. « 

Parfois, accepter la mission qui nous est confiée, c’est aussi connaître la souffrance et la difficulté. Ç’a été le cas pour Robert, dans son ministère, par rapport à sa santé ou à son contact avec des personnes. »

Sylvain Charron et Mgr Luc Cyr ont souligné le travail acharné du curé Jolicoeur tout au long de sa vie. « C’était un grand travaillant, un homme de devoir. Il avait de la facilité avec les personnes, mais aussi le désir de vivre chez lui dans sa cellule pour se préparer », a remarqué Mgr Cyr.

« Il prenait toujours le temps de se préparer, il avait un respect extraordinaire pour les gens qui étaient devant lui. Il ne voulait pas dire n’importe quoi », renchérit M. Charron.
Sur son bureau, on a retrouvé une phrase retranscrite sur un morceau de papier. « Le Seigneur ne choisit pas ceux qui sont capables. Il rend capables ceux qu’il choisit », pouvait-on lire.

Remerciements

À la fin de la cérémonie, il a été souligné que Robert Jolicoeur avait souhaité que seulement quelques personnes soient présentes auprès de lui pour son grand départ, et que sa volonté a été respectée. Un moment a été pris pour remercier le personnel de l’Hôtel-Dieu, tout particulièrement ceux qui travaillent aux 6e et 4e étages ainsi que l’équipe des soins palliatifs.

Robert Jolicoeur reposera dans la crypte de la cathédrale Saint-Michel. Les cendres de sa mère Rollande ont été placées auprès de lui.