Les festivités de Noël auront un air bien différent cette année au CHSLD Argyll par rapport à cette photo saisie par l’un de nos photographes lors d’une visite de<em> La Tribune</em> en 2017: distanciation physique, port du masque et diminution du nombre de décorations seront imposés à cause de la pandémie.
Les festivités de Noël auront un air bien différent cette année au CHSLD Argyll par rapport à cette photo saisie par l’un de nos photographes lors d’une visite de<em> La Tribune</em> en 2017: distanciation physique, port du masque et diminution du nombre de décorations seront imposés à cause de la pandémie.

Les Fêtes aux allures bien différentes dans les CHSLD

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Il a été interdit aux employés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS de se déguiser à l’Halloween; les arbres de Noël, les crèches et les couronnes seront aussi rayés du décor des CHSLD pendant la période des Fêtes... Les mesures sanitaires imposées afin de faciliter la désinfection des surfaces forcent les résidents et les employés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS à faire le deuil de plusieurs traditions.

« Malgré les contraintes imposées par la prévention et le contrôle des infections (PCI), nos équipes sont super créatives pour donner vie à ces fêtes dans nos milieux. Nous devons constamment nous réinventer depuis le mois de mars », assure Josée Lévesque, chef de service des loisirs en CHSLD au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Ce fut le cas à Pâques, à la fête des Pères, à la fête des Mères, ce fut encore le cas samedi lors de l’Halloween. Et ce sera pareil à Noël où les magnifiques arbres de Noël artificiels illuminés et tout décorés resteront bien rangés dans leur boîte… 

Une Halloween… autrement

Le mot d’ordre de la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS était clair pour les employés lors de la fête de l’Halloween: les déguisements des employés ne seraient pas tolérés. Cette tradition avait pourtant la particularité de faire sourire les résidents, d’apporter un brin de folie dans leur quotidien souvent monotone.

« Avec les éclosions et les veilles d’éclosions que nous avons présentement, nous devons mettre les équipements de protection individuelle (ÉPI) chaque fois que nous allons dans la chambre d’un résident. Ajouter un costume par-dessus nos vêtements, c’est plus compliqué, c’est une couche supplémentaire de risque de propagation de la COVID-19 », soutient Mme Lévesque.

Mais les employés n’ont pas dit leur dernier mot. « Certains contournent ça en mettant des chandails avec des dessins amusants. D’autres ont pensé mettre des chandails à manches courtes, et de se coller plein de tatouages sur les bras. D’autres ont des boucles d’oreilles aux motifs d’Halloween. Nous avons dû penser en dehors de la boîte pour réussir malgré tout à animer cette fête », mentionne la chef de service en donnant l’exemple de la parade des écoliers qui s’est tenue à l’extérieur du CHSLD de Weedon vendredi.

Lumières et guirlandes au plafond

Et déjà on pense à la période des Fêtes. Car là aussi, les contraintes liées à la PCI font bien mal. Toute décoration accessible aux usagers est proscrite. Parmi celles-ci: les arbres de Noël. On ne retrouvera pas de petites décorations de sapin de Noël ou de bonshommes de neige posés sur des comptoirs. On oublie aussi les guirlandes accrochées aux cadres de porte ou au poste des infirmières.

Des arbres de Noël, des cadeaux servant de décoration et des crèches exposés à une hauteur accessible aux résidents ne pourront être utilisés pour décorer les CHSLD cette année, comme c’était le cas ici au CHSLD Argyll en 2017.

« Les décorations accrochées au plafond, qui ne sont pas accessibles par les usagers, sont acceptées. On aura des guirlandes et des lumières au plafond », indique Josée Lévesque.

Et ça et là, les techniciens en loisirs font preuve d’imagination. « Certains ont commandé des sapins naturels qu’ils vont installer sur les balcons. Certains pourraient coller des décorations de sapins sur des murs, recouverts par des sortes de plexiglas », cite la chef de service en guise d’exemples.

« Dans plusieurs de nos CHSLD, il y avait des activités de cuisine des Fêtes. Cette année, ce ne sera pas possible de cuisiner en groupe. Mais nous allons là aussi moduler, faire du un à un, des cupcakes à décorer… »

Quant aux visites de leurs proches… Tout dépendra des éclosions, des veilles d’éclosions et de la couleur de la zone dans laquelle se trouvera l’Estrie dans la période des Fêtes. Au palier orange comme c’est le cas actuellement, les visites à des fins humanitaires et les visites de personnes proches aidantes apportant une aide significative sont permises. En zone rouge, les mêmes visites sont permises, mais avec des règles plus strictes.

Pour décorer les CHSLD cette année, les équipes consacrées aux loisirs des résidents en CHSLD devront faire preuve d’une grande imagination.

Et le moral des résidents dans tout ça? « Comme dans la population en général, il y a une adaptation qui se fait… Sans que nos activités soient flamboyantes qu’à l’habitude, au moins on souligne quand même les fêtes. C’est déjà ça, pour les résidents, je crois que ça les aide », souligne Mme Lévesque.

Depuis le début de la pandémie, l’équipe des loisirs dans les 26 CHSLD de la région travaille sans relâche pour tenter de rendre la vie plus douce aux aînés qui, à certains moments, sont complètement coupés des visites de leurs proches.

« Je crois que la pandémie a mis en lumière notre rôle important dans les CHSLD. Nous sommes un service important dans la vie des résidents, au même titre que les soins qu’ils reçoivent. Nous avons souvent l’image des bingos que nous organisons; mais nous faisons bien plus que ça dans leur vie », souligne la chef de service des loisirs en CHSLD au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.