Les étudiants de l’UTA inquiets pour la session d’automne

Réunis en assemblée générale le 10 juin dernier, les membres de l’Association des étudiantes et étudiants aînés de l’Université de Sherbrooke (AGEEAUS) ont manifesté leur inquiétude quant au sort qui leur sera réservé à l’automne.

« Avec les nouvelles mesures sanitaires à respecter dans les lieux publics, on se doute bien que l’espace réservé à l’UdeS pour nos cours sera restreint », explique André-Gilles Brodeur, président du CA de l’AGEEAUS.

« Comme la Faculté d’éducation a priorité sur les locaux que nous empruntons, on craint qu’il ne nous reste pas grand-chose. Si nous devons envisager de nouveaux locaux ailleurs que sur le campus, faisons-le maintenant », ajoute-t-il.

Dans un communiqué envoyé aux différentes instances décisionnelles, les étudiants du troisième âge, dont les activités ont été annulées cet été, rappellent l’importance qu’ont les cours en présentiel pour ceux qui sont « encore en bonne santé ».

« Les gens qui suivent des cours à l’UTA le font pour apprendre, mais c’est aussi, et surtout, un lieu de socialisation et de rencontres. [...] On ne veut pas être oubliés. On veut qu’il y ait le plus de nos cours en présentiel à l’automne », rappelle M.Brodeur.

Des cours à l’église?

Le président de l’AGEEAUS affirme que d’autres options sont envisagées par les membres advenant l’impossibilité pour l’UdeS d’offrir un nombre intéressant de cours sur son campus.

« On pense entre autres aux grands espaces que proposent les églises dans la région de Sherbrooke. [...] À la suite de l’envoi de notre résolution, certaines discussions sont entamées. Il y a assurément d’autres possibilités pour nous », révèle-t-il.

De son côté, l’UdeS indique qu’il faudra attendre encore quelques semaines avant d’avoir une idée précise de ce à quoi ressemblera la disponibilité des locaux à l’automne.

La professeure et vice-doyenne à la formation de la Faculté d’éducation, Julie Desjardins, précise que « tout le monde est en mode adaptation. Nous n’avons pas de doute que l’UTA pourra tenir des activités à Sherbrooke et dans ses différentes antennes », a-t-elle communiqué par courriel.

Rappelons que l’Université du troisième âge à Sherbrooke compte près de 1000 étudiants. « Ça fait beaucoup de personnes en forme et en santé qui méritent d’être soutenues », conclut M.Brodeur.