Depuis quelques jours, certaines épiceries du Québec ont été prises d’assaut par des clients inquiets à l’idée de manquer de certains produits de base tels que du papier hygiénique, de la farine, du sucre ainsi que des certaines denrées en conserve.
Depuis quelques jours, certaines épiceries du Québec ont été prises d’assaut par des clients inquiets à l’idée de manquer de certains produits de base tels que du papier hygiénique, de la farine, du sucre ainsi que des certaines denrées en conserve.

Les épiceries prises d’assaut

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
La ruée vers les tablettes observée dans certaines épiceries du Québec est totalement injustifiée, affirme l’Association des détaillants en alimentations du Québec (ADAQ) qui demande à la population de faire preuve de compréhension et de partage, malgré l’inquiétude qui entoure la crise du coronavirus.

Depuis quelques jours, certaines épiceries du Québec ont été prises d’assaut par des clients inquiets à l’idée de manquer de certains produits de base tels que du papier hygiénique, de la farine, du sucre ainsi que des certaines denrées en conserve.

C’est fut le cas jeudi après-midi du supermarché Maxi et Cie, du boulevard Portland à Sherbrooke, ainsi que du magasin entrepôt Costco, de la rue King Ouest.

Au Maxi, on rapportait que les étalages de papier hygiénique et de farine étaient en rupture de stock, alors que le sucre, les craquelins et certains produits en conserve étaient sur le point de l’être. 

Au Costco, où l’affluence était aussi très importante, on rapporte que plusieurs clients en sont ressortis avec plus d’un paquet de papier hygiénique... Un comportement que déplore l’ADAQ, étant donné que le coronavirus n’a aucun impact sur la chaîne d’approvisionnement des détaillants en alimentation.

« On demande aux gens de faire preuve de compréhension et de ne pas stocker de la nourriture pour rien, indique Stéphane Lacasse, directeur Affaires publiques et gouvernementales à l’ADAQ. Pour l’instant, il n’y a pas de pénurie d’aliments. Il y a suffisamment de denrées dans nos entrepôts pour répondre à une demande normale. C’est le cas aujourd’hui et ça sera le cas la semaine prochaine », assure M. Lacasse.

Malgré l’inquiétude que peut engendrer la pandémie de coronavirus, l’ADAQ demande donc à la population de faire preuve de collaboration, notamment à l’égard de ceux qui doivent se placer en quarantaine.

« On peut comprendre qu’une personne qui revient de voyage ou qui doit se placer en quarantaine puisse avoir besoin de s’approvisionner pour 14 jours par exemple, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. »

M. Lacasse invite également les consommateurs à faire preuve de patience et de courtoisie envers le personnel qui doit composer lui aussi composer avec une situation inhabituelle.