Marc Patry, du Parti libéral du Canada, Dany Sévigny, du Parti conservateur du Canada, Pierre-Luc Dusseault, du Nouveau parti démocratique, Claude Forgues, du Bloc québécois, et Jean Rousseau, du Parti vert, ont croisé le fer dans un débat autour des enjeux sociaux à la salle du Parvis, à l’invitation de Solidarité populaire Estrie en vue du vote du 21 octobre.

Les enjeux sociaux sur la table

Dany Sévigny du Parti conservateur du Canada a profité du plus récent débat électoral en Estrie pour avancer que seuls son parti ou le Parti libéral du Canada (PLC) étaient en mesure de former le prochain gouvernement et appliquer les engagements soulevés.

Devant le député sortant du Nouveau parti démocratique (NPD), Pierre-Luc Dusseault, qui présentait une bonne maitrise des dossiers sociaux, son adversaire conservateur dans Sherbrooke a rappelé que les idées du NPD ne pourraient se matérialiser.

« Lorsque vous êtes toujours dans l’opposition, c’est difficile de faire passer des messages à Ottawa. Il faut être au gouvernement pour faire passer des messages. C’est la réalité », a signalé Dany Sévigny.

« Il reste deux semaines. Rien n’est joué », a répliqué M. Dusseault.

Solidarité populaire Estrie tenait son débat électoral sur les enjeux sociaux en vue du vote du 21 octobre avec des candidats de diverses circonscriptions de l’Estrie, mardi soir, à la salle du Parvis Sherbrooke.

« Le premier choix que l’on doit faire c’est élire un député. Ce que je propose c’est de continuer à défendre vos intérêts », a mentionné M. Dusseault.

Claude Forgues du Bloc québécois dans Sherbrooke a invité les 30 pour cent des Québécois qui ne croient plus au Canada à sortir voter le 21 octobre.

« Le Bloc québécois est le mieux placé pour obtenir la balance du pouvoir. Il faut éviter le pipeline et les agressions fédérales » a soulevé Claude Forgues.

« On veut changer l’économie pour que nos enfants puissent vivre sur une planète saine. Réfléchissez à votre vote. Il est important pour la prochaine génération », a signalé Jean Rousseau du Parti vert du Canada dans Compton-Stanstead.

Marc Patry a demandé de supporter un gouvernement libéral 

« Je pense que le gouvernement libéral a amorcé des changements majeurs à tous les niveaux pour la classe moyenne, les familles et les peuples autochtones. Il faut continuer ces actions », a conclu de son côté le candidat libéral dans Richmond-Arthabaska.

« Le choix est clair, il n’y a qu’un seul gouvernement qui peut être là et c’est le gouvernement conservateur. Nous proposons de redonner plus d’argent dans vos poches et moins de gouvernements dans votre vie. Je promets en tant que futur député de Sherbrooke de mettre une ressource spéciale pour vous, pour aller chercher des programmes à Ottawa, pour vous aider à monter vos projets », a indiqué M. Sévigny.

Changements climatiques

Le thème des changements climatiques a fait l’objet de l’un des rares débats sur une question régionale. Dany Sévigny a questionné Pierre-Luc Dusseault concernant le coût de l’électrification du train Sherbrooke-Montréal.

« C’est 150 millions $ supplémentaire », a mentionné le candidat du NPD.

« Je pense que c’est plutôt 500 millions $ à un milliard $ », a rétorqué M. Sévigny.

Chacun des candidats s’est engagé à subventionner la presse écrite et à taxer les géants du web.

Pierre-Luc Dusseault a rappelé l’engagement de son parti à créer un régime public universel d’assurances médicaments financé par Ottawa, 

« Ça fait 22 ans que c’est promis par les libéraux et ce n’est jamais arrivé. Il n’est pas normal de recevoir des soins et des médicaments gratuits à l’hôpital et dès qu’on met le pied à l’extérieur, ils ne sont plus payés », indique Pierre-Luc Dusseault.

Dany Sévigny qui a mentionné que son parti ne s’ingèrera pas dans un champ de compétence provinciale, mais que les autres provinces devraient s’inspirer du régime québécois. 

« Ce n’est pas avec un autre engagement que nous allons les croire. Jamais les libéraux ne pourront financer un tel régime dans l’état actuel des finances publiques sans creuser davantage le déficit du pays », mentionne Dany Sévigny.

Claude Forgues du Bloc québécois a insisté pour que le Québec puisse se retirer d’un tel régime avec compensation. Il en a profité pour attaquer Réjean Hébert, l’ancien ministre péquiste de la santé maintenant candidat du PLC, qui demandait au gouvernement fédéral de ne pas se mêler de la juridiction provinciale de la santé.

Marc Patry du PLC n’a pas été capable d’approfondir la pensée de son parti en matière de régime universel d’assurances médicaments.

« Je commence à articuler ma pensée autour du programme libéral. Je ne suis pas capable de répondre à cette question », a indiqué M. Patry nommé depuis à peine deux semaines comme candidat dans Richmond-Arthabaska et répétant candidement à quelques reprises au cours du débat qu’il ne maitrisait pas tous les dossiers.