Le directeur de la Société d'histoire de Sherbrooke, Michel Harnois, a invité les élus sherbrookois à visiter la prison Winter jeudi prochain.

Les élus invités à visiter la prison Winter

Le directeur de la Société d'histoire de Sherbrooke, Michel Harnois, a invité les élus sherbrookois à visiter la prison Winter jeudi prochain. Il espère leur donner une information juste sur l'établissement en plus d'exposer le projet de revitalisation qu'il défend. Une douzaine d'élus auraient déjà confirmé leur présence.
En profitera-t-il pour demander une désignation particulière pour le bâtiment ou pour solliciter une aide financière? « Je n'ai pas d'attentes de ce genre-là. L'objectif premier est de donner l'information juste. Il y a toutes sortes de gens qui s'improvisent représentants du projet et certaines informations fausses se sont rendues jusqu'aux oreilles du conseil. Je veux remettre les pendules à l'heure. Je n'aurai pas de demande précise à formuler lors de la rencontre », explique M. Harnois.
Rappelons que M. Harnois s'est lancé à la recherche de financement pour un projet de parcours d'interprétation, de jeux d'évasion et de soirées Meurtre et mystère. Une étude de marché révélait un marché potentiel de 45 000 visiteurs par année. Pour réaliser les travaux de rénovation et concrétiser le projet, la Société d'histoire aurait besoin de 6,5 M$.
« Je veux que les élus puissent poser toutes les questions qu'ils ont en tête. Je trouve intéressant que plus de la moitié d'entre eux aient déjà confirmé leur intérêt. Les discussions pour le développement du projet ont avancé, mais nous n'avons pas encore reçu de chèque. Nous considérons toujours le scénario A. Si on se fait dire que ce n'est pas réaliste, on changera, mais nous semblons avoir des pistes intéressantes. »
Michel Harnois est conscient qu'il faudra des partenariats avec d'autres attraits de la région pour concrétiser le projet. « La prison deviendrait un attrait important pour Sherbrooke, mais elle ne pourrait pas être autonome. Elle sera un succès dans la mesure où il y aura des collaborations, des forfaits. Des restaurateurs ont commencé à me dire qu'ils pourraient offrir des réductions sur la présentation d'un billet de la prison. »
Michel Harnois s'est-il entretenu avec Destination Sherbrooke pour trouver une forme d'arrimage entre le projet de réalité augmentée des murales et la prison Winter? « Nous n'avons pas eu de discussions à ce sujet-là, mais je reste ouvert. »
À Destination Sherbrooke, la coordonnatrice aux communications, Amélie Boissonneau, confirme que l'idée n'a pas même été évoquée. « L'application que développe Space and Dream sera consacrée aux murales pour le moment. Je ne suis pas en mesure de dire si elle ratissera plus large à plus long terme. »