Plusieurs Sherbrookois magasinaient leurs décorations de Noël dimanche après-midi au Plateau Saint-Joseph.
Plusieurs Sherbrookois magasinaient leurs décorations de Noël dimanche après-midi au Plateau Saint-Joseph.

Les décorations à la rescousse du moral des Sherbrookois

Mireille Vachon
Mireille Vachon
La Tribune
C’est unanime ou du moins, très répandue comme manière de penser: les décorations de Noël, c’est bon pour le moral! Plusieurs Sherbrookois ont en effet décoré plus tôt cette année, histoire d’oublier la grisaille de novembre et la pandémie qui ne finit plus.

Au passage de La Tribune au Plateau Saint-Joseph dimanche après-midi, un grand nombre de personnes faisaient leurs emplettes du temps des Fêtes.

Isabelle et sa fille Ariane, qui ont préféré taire leur nom de famille, ont simplement le goût d’être joyeuses ces temps-ci. « Ça fait trop longtemps qu’on est sur le hold, donc là, j’ai le goût d’avoir du fun », a déclaré la mère.

« Le fait que les gens décorent plus tôt nous a incitées à le faire aussi, a avoué Ariane. J’ai le goût d’en mettre plus, car on dirait que plus il y en a, plus on est heureux, et plus on va chercher toute cette joie-là qu’on n’a pas eue pendant l’année. »

Les deux femmes ne veulent pas nécessairement se concentrer sur les biens matériels et les cadeaux, mais sur le plaisir. « J’avais envie de suggérer cette année qu’au lieu de se faire des cadeaux, on se fasse du fun et des souvenirs! » s’est exclamée Isabelle.

Anita Bernier, qui décore chaque année bénévolement la salle communautaire du Faubourg Mena’sen, doit changer ses habitudes cette année, puisqu’elle ne pourra pas mettre beaucoup de décorations, mesures sanitaires obligent. « Même si on peut moins décorer, il ne faut pas oublier les résidents, alors on décore quand même les entrées », a indiqué Mme Bernier.

Pour compenser, elle a décoré au moins deux semaines plus tôt qu’à l’habitude chez elle. « Chez nous, les lumières de Noël sont allumées depuis 15 jours! » a spécifié Anita Bernier, qui trouve notamment que « ça fait moins plate pour les gens qui prennent des marches le soir. »

Même la Ville de Sherbrooke avait décidé d’installer ses décorations de Noël plus tôt, dans le but d’agrémenter son environnement et de mettre un peu de bonheur dans la vie des gens pendant cette pandémie.

Lysandre Bonin, étudiante en communication, voulait quant à elle « mettre un peu de vie dans son appartement » parce qu’elle et son copain sont « tout le temps pris là ces temps-ci » avec la zone rouge.

Certaines personnes ont confié qu’elles avaient plus de temps pour décorer cette année, donc plus de motivation, alors que d’autres n’ont pas changé leurs habitudes à cause de la pandémie. « Essayer d’oublier la COVID » était également un argument récurrent pour décorer plus de bonne heure. 

À la lumière des témoignages recueillis par La Tribune, on peut dire que peu importe les habitudes de décorations ou de préparation au temps des Fêtes des gens, tout le monde semble vouloir la même chose: du bonheur.