Chantal L’Espérance: « Le projet du consortium s’inscrivait dans ce que la Ville voulait. Il avait été développé en fonction de Centre-ville 2020. Ce n’était pas sorti de nulle part.»

Les consultations pour Well inc. sur la glace

La Ville de Sherbrooke a choisi de reporter à une date encore inconnue les consultations portant sur le Plan directeur d’aménagement et de développement du secteur Wellington Sud qui devaient se tenir à la fin mars dans chacun des arrondissements. Elles se tiendront quand la Ville aura établi le genre de projet à développer dans le cadre du projet Well inc.

Dans un communiqué, on précise que cette décision « permettra à la Ville de mettre en place le processus d’appel de propositions pour un nouveau projet privé qui animera la zone prioritaire de développement. Le plan directeur doit prendre en considération les besoins du projet qui sera éventuellement soumis au conseil municipal. Il est trop tôt pour cristalliser les besoins en mobilier urbain, en transport actif ou en voies de circulation ».

La présidente du comité de revitalisation du centre-ville, Chantal L’Espérance, explique qu’il semblait y avoir beaucoup d’incompréhension. « L’idéation, l’établissement d’une vision, ç’a déjà été fait. Nous avons identifié cinq secteurs au centre-ville avec leurs aménagements, leurs contraintes, et les groupes concernés avaient été mis à contribution. La deuxième phase, pour le développement de la rue Wellington Sud, a fait l’objet de consultations en juillet dernier. Nous avons aussi reçu énormément de suggestions et de commentaires jusqu’au 30 septembre grâce à un sondage électronique », rappelle-t-elle.

Les nouvelles consultations visaient donc à recueillir les commentaires sur les ajustements nécessaires au projet du consortium. « Le retrait du projet fait qu’il est difficile de consulter à ce moment-ci. On sentait que des gens voulaient revenir sur des étapes antérieures. Mais autant que faire se peut, il faut tenir compte des décisions passées. On ne peut pas toujours repartir d’une page blanche. Le train est en marche. Il faut sauter dedans. Si on passe notre temps à revenir en arrière, on tourne en rond. Comme Ville, on consulte à des étapes charnières », précise Chantal L’Espérance.

Elle cite le plan directeur d’aménagement Centre-ville 2020, qui sert de ligne directrice. « Je ne me verrais pas le refaire en 2-18. Il a eu un vote unanime du conseil à l’époque. Nous n’avions pas consulté les gens de Longueuil pour faire ça. C’étaient des citoyens de Sherbrooke. »

La conseillère municipale en rajoute. « Le projet du consortium s’inscrivait dans ce que la Ville voulait. Il avait été développé en fonction de Centre-ville 2020. Ce n’était pas sorti de nulle part. Il se collait exactement aux différents documents qui encadraient le développement du centre-ville. »

À noter que les élus devraient voter lundi sur les incitatifs offerts aux promoteurs qui souhaitent développer un projet au centre-ville. Le cadre de réalisation du futur projet devrait quant à lui être dévoilé en avril, après quoi les promoteurs auront un certain temps pour peaufiner leur concept. Les critères d’évaluation seront aussi rendus publics. « On aurait bien souhaité dévoiler le cadre lundi, mais nous ne sommes pas prêts. Il faut d’abord s’entendre entre nous. »

Terrain contaminé

Enfin, Mme L’Espérance, qui est aussi la conseillère du secteur du centre-ville, rapporte n’avoir eu aucune discussion avec la direction de L.P. Royer concernant le terrain contaminé de la rue Wellington Sud. « Je sais que nos services travaillent avec eux. Plus vite on établira les règles du jeu pour les promoteurs, plus tôt L.P. Royer connaîtra notre vision et pourra prendre ses décisions. Il ne faut pas les perdre. Ce serait la dernière chose qu’il nous faudrait. »

Les citoyens ayant des questions ou des préoccupations concernant Well inc. peuvent écrire au revitalisationcentreville@ville.sherbrooke.qc.ca