Les citoyens pourront déclarer des crimes par internet

SHERBROOKE — Les citoyens pourront désormais déclarer un crime en ligne, à l’aide d’un site web sécurisé. En plus de permettre un signalement immédiat, ce nouveau système devrait permettre un gain d’efficacité au Service de police de Sherbrooke.

« C’est un système qui permet de signaler immédiatement un crime, ce qui évite le déplacement d’un agent. Le citoyen n’a pas à se déplacer au poste de police non plus, ce qui l’incitera peut-être à faire une déclaration. Il n’y aucune attente et il est disponible 24 h sur 24. Il sera possible de joindre des photos et de recevoir une copie de la déclaration », résume Danielle Berthold, présidente du comité de la sécurité publique à la Ville de Sherbrooke.

Le coût d’acquisition du logiciel est de 53 000 $, un montant prélevé dans les 147 721 $ obtenus des produits de la criminalité en 2016. Les coûts récurrents seront ensuite d’environ 23 000 $ par année.

Selon le sommaire décisionnel de la Ville de Sherbrooke, le système en ligne permet de réduire le délai d’attente lors du dépôt d’une plainte. Les questions sont aussi spécifiques au type de crime déclaré. Des partenaires pourront utiliser le logiciel, par exemple les agents de sécurité du Carrefour de l’Estrie qui voudraient signaler un vol à l’étalage ou les responsables du Centre jeunesse qui voudraient signaler une fugue. Les formulaires leur étant destinés ne seront pas accessibles pour tous les citoyens.

Le Service de police de Sherbrooke pourrait aussi utiliser la déclaration en ligne pour obtenir des compléments d’information à une plainte déposée en personne ou en ligne. Des fichiers pourraient par exemple être transmis par internet et éviteraient aux citoyens ou aux policiers de se déplacer.

Pour les policiers, le projet permet d’augmenter le temps de patrouille. Ils pourront valider l’information obtenue en ligne en dehors des périodes de pointe.

« Nous espérons récolter entre 200 et 500 déclarations la première année », avance Danielle Berthold.

Gatineau et Montréal utilisent déjà un système semblable. Les données du Service de police de la Ville de Montréal de 2016 rapportent une augmentation du nombre de déclarations par rapport à 2014. On y voit un impact de la déclaration en ligne.

Le logiciel pourrait par ailleurs intégrer d’autres types de documents, comme les demandes de surveillance formulées par les citoyens et les demandes d’antécédents criminels.