Le président du Syndicat des chauffeurs de la STS a adressé ses doléances au conseil municipal lundi.

Les chauffeurs de la STS craignent pour la sécurité des passagers

SHERBROOKE — Les chauffeurs de la Société de transport de Sherbrooke (STS) sont inquiets pour la sécurité de leurs usagers. Ils se sont présentés au conseil municipal lundi pour déplorer le mauvais déneigement de certains aménagements qui devraient pourtant leur permettre de se retirer de la circulation lourde.

« On se demande l’importance du transport en commun pour la Ville de Sherbrooke. On vit des situations difficiles en tant que chauffeurs et usagers sur le réseau. Lorsqu’il y a des chutes de neige, est-ce que la STS fait partie des priorités dans la planification des travaux de déneigement? » interroge le président du syndicat des chauffeurs de la STS, Jean-Pierre Guay.

« Au coin des rues King Ouest et Sauvé, dans les deux directions, il y a souvent trois autobus, et parfois jusqu’à six dans les périodes de pointe, qui ont une place pour se tasser pour faire les correspondances. Quand il y a une chute de neige, le trou se remplit et nous sommes incapables de nous tasser pour faire les échanges avec les clients. Le premier qui arrive débarque le monde dans la rue et bouche le trafic. Après quelques instants, à cause du trafic qui s’accumule, le chauffeur quitte les lieux sans attendre la correspondance. »

M. Guay explique donc que cette situation entraîne des problèmes pour la fluidité de la circulation et pour l’efficacité des correspondances.

Le président du syndicat dit avoir signalé le problème à ses supérieurs et à la Ville, mais qu’il ne se règle pas.

Un problème semblable se présente devant l’école du Triolet. « C’est arrivé la semaine dernière. J’étais le deuxième bus qui arrivait à me tasser après le feu de circulation. J’avais l’autobus de travers sur le boulevard de l’Université avec le nez qui pointait vers le paquet d’élèves qu’il y avait là. J’empêchais les autobus scolaires de sortir du Triolet. Ma crainte était qu’un camion ne voit pas que le trafic était arrêté et m’emboutisse à l’arrière. Qu’est-ce qui serait arrivé? Je serais monté sur le trottoir pour emboutir les jeunes. »

Jean-Pierre Guay dénonce du même coup que la neige soit entreposée près des quais C et D à la station du Dépôt, empêchant des autobus d’atteindre leur quai et les forçant à faire descendre les passagers dans la rue. « Ça fait des années que la STS fait des appels à la Ville pour que ce soit enlevé immédiatement. »

M. Guay suggère des voies réservées ou des feux de circulation prioritaires pour assurer la sécurité des clients.

La présidente du conseil municipal, Nicole Bergeron, a affirmé que le problème serait adressé au comité employeur-employé.

Le président de la STS, Marc Denault, dit avoir suggéré au syndicat de s’adresser à son employeur.