Rayed, Juliette et leurs deux fillettes de six et huit ans ont été accueillis à Lennoxville par les membres de la communauté Hope Community Church.

Les Barbar se posent enfin à Lennoxville

C'est avec des affiches arborant le mot « bienvenue » dans les langues officielles de leur pays d'accueil et de leur pays d'origine que la famille Barbar a été accueillie dans sa ville d'adoption lundi, après plus de deux années d'attente.
Au-delà des mots, il y avait aussi une vingtaine de membres de l'église Hope Community Church de Lennoxville pour donner des poignées de main et des accolades à Rayed, Juliette et leurs deux fillettes de six et huit ans.
Sous les applaudissements chaleureux, les Barbar ont rencontré brièvement ceux qui les aideront à s'intégrer à leur nouvelle communauté et à leur nouveau pays.
« Ne soyez pas gênés », leur a dit amicalement Paul McLean, qui était allé les chercher à leur arrivée à l'aéroport Montréal-Trudeau, lundi matin.
Après avoir franchi toutes les formalités d'immigration, ils ont pris le chemin de leur nouveau chez-eux.
« C'est un beau moment de les accueillir. Il y avait trois autres familles irakiennes qui arrivaient en même temps », explique Paul McLean.
En plus des membres de la communauté de Lennoxville, des membres de la famille des nouveaux arrivants qui résident à Ottawa étaient présents à leur arrivée.
La fatigue du long voyage en avion depuis la Jordanie, la gêne d'être accueillis de si belle façon par une communauté, mais aussi la barrière de la langue traduisaient l'état d'esprit dans lequel la famille Barbar se trouvait lors de leur brève rencontre avec leur communauté d'accueil.
Originaire d'Irak, la famille Barbar attend son arrivée au Canada depuis plus de deux ans.
« Ils sont contents. Ils sont touchés par l'accueil fait par notre église. Nous voulions leur souhaiter la bienvenue ici », indique Paul McLean.
Rayed, sa femme Juliette et leurs deux fillettes vivaient à Karakoch au nord de l'Irak lorsqu'ils ont dû quitter rapidement leur maison en août 2014. Des combattants du groupe armé État islamique ont profité du départ des forces armées irakiennes pour cibler et massacrer les minorités syriaques et catholiques.
Comme plusieurs de leurs compatriotes, les Barbar ont dû trouver refuge au Kurdistan, avant de s'établir en Jordanie où ils ont obtenu le statut de réfugiés.
C'est sous un drapeau canadien en forme de coeur qu'ils sont entrés dans l'immeuble où a été aménagé leur nouvel appartement.
« Les premiers jours seront consacrés à les aider à obtenir tous les documents pour bien s'intégrer ici. Le permis de conduite, le numéro d'assurance sociale, les comptes de banque, l'inscription des enfants à l'école. Ils doivent faire plusieurs démarches rapidement », mentionne M. McLean.
L'église Hope Community Church offrira un emploi à Rayed Barbar dès qu'il sera prêt. Sa conjointe doit entreprendre des cours de francisation lorsque les filles prendront le chemin de l'école en septembre.