Les avocats et notaires de l'État ont repris le piquetage

La grève générale des avocats et notaires de l'État québécois, entreprise en octobre, se poursuit.
Les grévistes ont repris mercredi leur piquetage dans les régions de Québec et Montréal.
L'organisation qui représente ces juristes, LANEQ, réclame la reprise des négociations avec le gouvernement.
Selon son président, Me Jean Denis, les avocats et notaires de l'État sont déterminés et continuent d'exiger au moins ce qu'ont obtenu leurs collègues procureurs aux poursuites criminelles et pénales.
Me Denis précise que des discussions informelles ont eu lieu durant la pause des Fêtes avec les autorités du Conseil du trésor, mais que la reprise formelle des négociations se fait toujours attendre.
Deux rencontres de deux heures chacune ont eu lieu avec une haute fonctionnaire du Conseil du trésor, le 27 décembre et le 3 janvier, pour «débroussailler le terrain», explique Me Denis en entrevue avec La Presse canadienne.
«C'est encourageant parce qu'avant, on n'avait même pas pu parler de notre demande principale, c'était une fin de non-recevoir de la part du gouvernement. (...) Je ne vous dis pas qu'il y a des ouvertures énormes, mais on est capable d'en parler à tout le moins.»
LANEQ réclame toujours un nouveau mode de négociation pour déterminer les conditions de travail de ses membres.
Alors que l'association demandait au départ un «arbitrage liant», ce qui aurait impliqué qu'un arbitre aurait décrété les conditions de travail, elle souhaite maintenant qu'un comité de rémunération soit mis en place comme cela est le cas pour les procureurs aux poursuites criminelles et pénales.
«Nous, on a mis de l'eau dans notre vin alors que le gouvernement n'en a jamais mis, a fait valoir Me Denis. Ça, c'est ce en bas de quoi on ne descendra jamais.»
Selon Me Denis, la grève des avocats et juristes de l'État québécois, qui en est à sa 11e semaine, est «historique», puisqu'il affirme qu'aucune grève n'aura duré aussi longtemps dans la fonction publique québécoise.