François Legault

Legault dénonce un «manque de jugement» de Sam Hamad

Le chef de la Coalition avenir Québec François Legault estime que Sam Hamad a « manqué de jugement » en s'entourant de Marc-Yvan Côté, qui avait été banni du Parti libéral du Canada plusieurs années plus tôt. Mais il croit que le premier ministre Philippe Couillard a autant « manqué de jugement » en réitérant sa confiance en son ministre.
En conférence de presse à Longueuil, dimanche, le chef caquiste réagissait pour la première fois depuis l'annonce de Sam Hamad, président du Conseil du trésor, qui a décidé de se retirer temporairement du cabinet pendant la durée de l'enquête du Commissaire à l'éthique et à la déontologie à son sujet.
M. Hamad s'est retrouvé dans l'eau chaude, la semaine dernière, lorsque l'émission Enquête a rendu publics des courriels écrits par Marc-Yvan Côté qui semblaient démontrer que le ministre du Développement économique à l'époque aurait contribué à pousser l'octroi d'une subvention à l'entreprise Premier Tech, dont M. Côté était vice-président.
En annonçant son retrait samedi, M. Hamad a réfuté les allégations, précisant qu'il n'avait fait que son travail de ministre « en travaillant à soutenir une entreprise québécoise ».
Selon M. Legault, « le moins qu'on puisse dire », c'est que Sam Hamad n'a pas bien fait de « maintenir des liens » avec M. Côté et M. Couillard n'aurait pas dû donner « toute sa confiance » envers son ministre avant même de connaître les résultats de l'enquête du Commissaire.
Il a ajouté que le premier ministre Couillard préférait « protéger son amitié » avec Sam Hamad et le Parti libéral plutôt que d'agir « comme un vrai premier ministre du Québec ».
« Les Québécois ne sont pas dupes. Ils voient très bien que ce stratagème est inacceptable, puis indirectement M. Couillard se retrouve à protéger Marc-Yvan Côté alors que le Parti libéral du Canada l'avait banni à vie », a-t-il lancé.