L'École de musique de l'Université de Sherbrooke subira une importante métamorphose au coût de 7,3M$.

L'École de musique sera retapée au coût de 7,3 M$

L'École de musique de l'Université de Sherbrooke subira une importante transformation dans les prochains mois au coût de 7,3 M$.
Les derniers travaux réalisés dans le pavillon C3 remontent à plus de 25 ans, lorsque l'École de musique s'y est installée. Depuis, la qualité de la structure interne de la batisse s'est grandement détériorée.
« En plus de remettre à neuf la structure et d'améliorer la qualité de l'air, il y aura une reconfiguration complète de l'intérieur du bâtiment », explique André Cayer, directeur de l'École de musique.
L'École comptera dorénavant plus d'espaces de pratique ainsi qu'une grande salle optimale pour l'enregistrement.
« Nous aurons parmi les meilleures installations audionumériques universitaires pour la musique de film et de jeu vidéo, ainsi que des espaces optimaux pour les qualités acoustiques nécessaires à l'apprentissage de l'interprétation musicale, tout cela dans un environnement plus interactif », s'enthousiasme M. Cayer.
Trois années de travail furent nécessaire pour élaborer les nouveaux plans du pavillon.
« Une équipe de pédagogues a travaillé très fort pour que nos installations se démarquent et permettent d'instaurer une nouvelle philosophie d'apprentissage axée sur le travail en collaboration, représentatif de la réalité professionnelle. C'est une tangente de l'université de demain », soutient M. Cayer.
Fini les petits espaces cloisonnés; les différents locaux seront dorénavant séparés par des panneaux de verre.
« Grâce aux espaces vitrés, on pourra par exemple regarder un ensemble jouer pour l'analyser », précise M. Cayer.
150 étudiants relocalisés
Les travaux qui débuteront dans les prochaines semaines devraient prendre fin en décembre. C'est donc dire que les étudiants et le personnel de l'École de musique devront être relocalisés pour les sessions d'été et d'automne.
« Nous serons répartis à travers le campus. Par exemple, les cours théoriques se donneront dans la faculté des lettres et sciences humaines alors que les grands ensembles pratiqueront au Centre culturel », affirme le directeur, qui s'affaire au déménagement de son pavillon depuis un an.
« Notre déménagement inclut la relocalisation de plusieurs milliers d'items dont des centaines d'instruments, plus de 50 pianos - dont une dizaine de pianos à queue -, un grand parc de percussions, des centaines d'objets d'équipements spécialisés pour la prise de son et le mixage incluant trois studios de production numérique et un studio de mixage, un laboratoire informatique pour la musique, etc. » énumère-t-il.
« Au final, je pense que nos clientèles étudiantes en interprétation de la musique, en composition et musique à l'image et en pédagogie musicale seront très choyées, ce qui favorisera la créativité et le dépassement de soi », souligne M. Cayer, emballé par le projet.
« Du bonbon pour le pédagogue que je suis », résume-t-il.