Marine De Sorgher, propriétaire de l’École de cirque de Sherbrooke, demande l’aide de la population pour sauver son entreprise. Derrière, les entraîneuses Maude Deslauriers, Annie Robidas et Daphnée Thomassin.
Marine De Sorgher, propriétaire de l’École de cirque de Sherbrooke, demande l’aide de la population pour sauver son entreprise. Derrière, les entraîneuses Maude Deslauriers, Annie Robidas et Daphnée Thomassin.

L’École de cirque de Sherbrooke appelle à l’aide

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
« Je n’ai plus rien dans les comptes de l’entreprise. On est sur la corde raide en ce moment... » confie Marine De Sorgher, propriétaire de l’École de cirque de Sherbrooke depuis sa création en 2017. Elle explique qu’avec les mesures de confinement, l’argent ne rentre plus... mais, chaque mois, il faut quand même payer un loyer commercial de 5000 $.