L’écocentre Rose-Cohen sera agrandi. Certaines journées, il y a beaucoup d’attente à l’entrée du site.

L’écocentre Rose-Cohen sera trois fois plus grand

La Ville de Sherbrooke est en train de mettre en place un projet d’agrandissement de 5 millions $ à l’écocentre Rose-Cohen, situé sur la rue Pépin. Les deux objectifs sont de rendre les installations à la fois plus permanentes et plus performantes, mais aussi de permettre un meilleur accès au site en période de pointe. À la fin du projet, la superficie de l’écocentre aura triplé.

Ces journées-ci sont d’ailleurs de bons exemples de période de pointe. En effet, certains samedis, il y a jusqu’à 500 voitures qui se rendent à l’écocentre Rose-Cohen.

« Il y a beaucoup d’affluence, car le printemps a été tardif. Il faut aussi savoir que l’affluence augmente année après année dans nos écocentres », souligne Odile Goulet, ingénieure de projets au bureau de l’environnement de la Ville de Sherbrooke.

En été, l’écocentre reçoit environ 300 visites par jour. Cet achalandage crée des bouchons de circulation aux aires de réception des matières résiduelles, ce qui influence aussi le temps d’attente à l’entrée du site.

Un projet d’agrandissement s’imposait donc. Les travaux devraient commencer l’an prochain et pourraient être terminés en 2021.

« Nous visons l’amélioration de nos installations pour les rendre permanentes. Par exemple, le tri des appareils électroniques se fait présentement sous un abri avec des toiles. À la fin du projet d’agrandissement, ce sera à l’intérieur d’un bâtiment. Pour les matelas que nous valorisons de nouveau, ils seront aussi entreposés dans un bâtiment, alors que maintenant, ils sont placés dans un conteneur », mentionne Mme Goulet.

Nouvelles normes

Il faut aussi noter qu’il y a en place une nouvelle norme environnementale de l’Association pour le recyclage des produits électroniques, laquelle exige que l’aire de tri et d’entreposage où sont reçus les ordinateurs, télévisions et les autres objets électroniques soit couverte.

La circulation automobile sera aussi séparée en deux: une voie pour les voitures avec remorque ou camionnettes et l’autre pour les automobiles.

« Le plan, c’est de pouvoir amasser plus de matières grâce à toutes sortes d’améliorations à l’écocentre », ajoute l’ingénieure de projet.

Plus de 119 000 visiteurs ont été reçus en 2018 aux deux écocentres de la Ville de Sherbrooke. Les principales matières récupérées sont les résidus de construction, les résidus granulaires, les feuilles et les résidus de jardin, les métaux, les appareils électroniques et les résidus domestiques dangereux. Ce sont ainsi près de 15 000 tonnes de matières résiduelles qui sont collectées chaque année.