En se levant mercredi matin, Antoine Doyon et Geneviève Blanchard, les propriétaires de la ferme maraîchère Ölistik, ont eu une bien mauvaise surprise en découvrant que leurs deux serres avaient été entièrement détruites par le vent.

Le vent frappe la ferme Ölistik

Les propriétaires de la ferme maraîchère Ölistik, Antoine Doyon et Geneviève Blanchard, ont eu une bien mauvaise surprise en se réveillant mercredi dernier : ils ont trouvé leurs deux serres, situées à Sherbrooke, complètement détruites par les forts vents qui avaient balayé la région la nuit précédente.
« Il y avait des vents d'environ 90 km/h et on entendait ça dans notre maison pendant la nuit, raconte Antoine Doyon. Le lendemain matin, on est venus voir si les serres étaient correctes, et on a découvert que ce n'était pas le cas. On ne sait pas si ce sont les plastiques qui ont déchiré ou si c'est la structure qui a plié en premier, mais c'est une perte totale. »
Le couple d'entrepreneurs a alors immédiatement consulté sa compagnie d'assurance pour confirmer que ces dommages étaient couverts, comme ils le croyaient. Malheureusement, une mauvaise nouvelle les attendait à nouveau.
« Il y avait une petite ligne dans le contrat d'assurance qui indiquait que les silos à grain et les serres étaient exclus, explique Geneviève Blanchard. Donc on n'est pas du tout couverts au niveau de la reconstruction des serres. »
Financement
Plutôt que de baisser les bras, Antoine Doyon et Geneviève Blanchard ont décidé de se retrousser les manches et de lancer une campagne de financement partitif afin de collecter les fonds nécessaires pour rebâtir leurs deux serres. Grâce à la copropriétaire des Serres St-Élie, Mélanie Grégoire, qui les a mis en contact avec le cofondateur de La Ruche, les fondateurs d'Ölistik ont pu démarrer leur campagne dès vendredi sur cette plateforme de financement de proximité.
M. Doyon et Mme Blanchard estiment que l'achat de nouvelles structures nécessitera un investissement d'environ 20 000 $. Si cet objectif est dépassé, ils se serviront des dons reçus pour engager de la main-d'oeuvre pour la construction des serres. Le couple prévoit rebâtir celles-ci au printemps, soit au même moment que l'arrivée de leur premier bébé. Dimanche soir, plus de 5000 $ avaient déjà été amassés grâce à une centaine de contributeurs.
Pour éviter qu'un événement semblable se reproduise, les serres d'Ölistik seront repensées pour être plus résistantes au vent. Un ingénieur de la région a d'ailleurs offert ses services gratuitement aux propriétaires de la ferme biologique.
« Il va falloir considérer qu'avec les changements climatiques, il y a davantage de vents, notamment des vents du sud, notait Antoine Doyon. Nos serres étaient orientées pour des vents dominants de l'ouest, mais on a eu des vents du sud en plein hiver, alors il va falloir s'adapter. »
Grâce à ses serres sur rails chauffées à la géothermie, Ölistik produit une grande variété de légumes frais tout au long de l'année depuis bientôt deux ans. Chaque jeudi, un marché privé est organisé à même la ferme, sur le chemin de la Rivière, afin que la quarantaine de clients abonnés puissent s'approvisionner en aliments.
Pour contribuer à la reconstruction des serres d'Ölistik, on se rend à laruchequebec.com/projet/serres-olistik-2659 ou sur la page Facebook de l'entreprise.