Transdev-Limocar,qui assure la liaison en autocar entre Sherbrooke et Montréal, souhaite une reprise de ses activités d’ici la fin juin.
Transdev-Limocar,qui assure la liaison en autocar entre Sherbrooke et Montréal, souhaite une reprise de ses activités d’ici la fin juin.

Le transport interurbain par autobus réclame de l’aide pour la reprise

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Sherbrooke — À l’instar des autres transporteurs interurbains par autobus, Transdev-Limocar réclame une aide financière du gouvernement québécois pour la relance des activités.

Le transporteur qui assure la liaison en autocar entre Sherbrooke et Montréal souhaite une reprise d’ici la fin juin axée sur la sécurité de ses employés et des passagers.

Un groupe de sept transporteurs, membres de la Fédération des transporteurs par autobus, dont Transdev-Limocar, a interpellé le gouvernement Legault cette semaine. Ces entreprises relient 476 municipalités réparties dans 87 des 103 MRC du Québec. 

« Avec les mesures de distanciation de deux mètres, pas plus de 14 personnes pourraient prendre place dans un autobus. Avec de telles mesures, ce n’est pas rentable. Nous voulons transporter les gens en toute sécurité, mais nous voulons éviter que la reprise place nos entreprises dans une situation encore plus précaire », indique la vice-présidente exécutive pour le Québec et les Maritimes chez Transdev, Marie-Hélène Cloutier. 

Devant les consignes du gouvernement pour limiter la propagation de la COVID-19 de ne pas voyager entre les régions du Québec, les transporteurs ont suspendu leurs liaisons le 23 mars dernier.

« Nos employés ont été placés sur le chômage et nous avons subi des pertes que nous sommes en train d’évaluer. Cependant, l’aide que nous demandons au gouvernement est pour permettre une reprise sécuritaire de nos activités. Nous voulons regarder vers la reprise de nos activités et recevoir une aide en ce sens », explique la vice-présidente exécutive pour le Québec et les Maritimes chez Transdev. 

Elle rappelle que le transport interurbain est financé à 100 pour cent par les entreprises privées qui assurent les liaisons entre les villes.

« Nous voulons reprendre nos activités le plus rapidement possible. Nous avons hâte de transporter les gens. Nous espérons contribuer à la reprise du Québec avec l’été touristique en reprenant nos activités d’ici la fin juin. Nous anticipons une reprise progressive en ajoutant des services pour revenir à la normale au début de 2021 », signale Marie-Hélène Cloutier. 

Elle assure que la liaison Sherbrooke-Montréal n’est pas en péril. Une reprise graduelle aux heures de pointe, puis avec un horaire plus complet fait partie des plans de Transdev-Limocar. 

En réponse aux questions de La Tribune, le bureau du ministre des Transports du Québec François Bonnardel assure qu’il est conscient de l’impact de cet arrêt de service sur la population et des inconvénients vécus par plusieurs personnes. 

Il confirme que des séances de travail ont été tenues avec l’industrie qui a déposé un plan de relance au gouvernement du Québec. Il mentionne que des échanges ont encore lieu et que les équipes du MTQ analysent la proposition afin de s’assurer que les Québécois en aient pour leur argent.