On estime à 250 le nombre de cyclistes qui ont participé au Tour du silence de Sherbrooke.

Le Tour du silence réunit 250 cyclistes

La 14e édition du Tour du silence à Sherbrooke a attiré près de 250 cyclistes dans un effort de sensibilisation au partage de la route avec les automobilistes.
« Ça permet de sensibiliser les gens à la sécurité sur les routes et de promouvoir la cohabitation avec les autres usagers. De plus, cet événement permet de rendre hommage aux gens victimes d'un accident de la route en vélo. Nous terminons d'ailleurs notre route à l'endroit où il y a un mémorial pour rendre hommage à la cycliste Dékliska Bergeron décédée à Sherbrooke en 2014 à la suite d'une collision avec un semi-remorque », explique le président d'honneur de l'événement Bruno Vachon.
Dans un contexte où plusieurs personnes font preuve d'impatience à l'égard des cyclistes, il est d'autant plus important de redoubler la pédagogie à cet effet. « Le débat est là et je trouve que c'est correct d'en discuter. Les cyclistes ont leur place et les automobilistes tout autant. Plus nous allons en parler, plus nous serons en mesure de cohabiter et de vivre ensemble sur les routes », estime M. Vachon.
Des changements positifs remarqués
Depuis 2013, année où il y avait eu 35 accidents impliquant un cycliste et un automobiliste, le nombre d'accrochages a diminué jusqu'à 23 en 2016. Cela démontre un réel souci de mieux partager le bitume, ce qui est ressenti par les cyclistes. « De plus en plus, nous apercevons des bandes asphaltées pour les cyclistes. Cela fait une grande différence pour nous permettre de circuler. Les voitures passent bien moins près de nous et je remarque également que les personnes sont désormais conscientes du règlement obligeant d'avoir une distance de 1,5 m entre la voiture et le vélo », note Mario Gagnon, cycliste depuis 23 ans.
« Nous tentons de faire comprendre aux gens que l'on veut partager la route avec eux. Oui, il y a des cyclistes un peu délinquants, mais à la base, un vélo c'est un moyen de transport comme les autres. Il y a en plus que l'on peut penser », fait valoir André Bélisle, lui qui pédale également depuis 23 ans.
C'est finalement sur le coup de 18 h que la promenade longue de 15 km s'est amorcée au IGA Extra situé sur le boulevard Bourque. Elle s'est étendue jusqu'à l'angle de la King Est et du boulevard Saint-François, là où Déliska Bergeron avait perdu la vie en 2014 dans un accident. Il s'agissait de la 14e édition de la Randonnée du silence à Sherbrooke.