Le cortège de cycliste a emprunté la rue King de l’Ouest de la ville jusqu’au parc Saint-François où se trouve un monument dédié à la mémoire des victimes de la route.
Le cortège de cycliste a emprunté la rue King de l’Ouest de la ville jusqu’au parc Saint-François où se trouve un monument dédié à la mémoire des victimes de la route.

Le Tour du silence honore la mémoire de Delphine Langevin [PHOTOS]

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Traditionnellement tenu le troisième mercredi de mai et reporté cette année en raison de la pandémie, le Tour du silence a eu lieu mercredi soir à Sherbrooke.

La centaine de cyclistes a pris le départ à 17 h 45, sous escorte policière, pour emprunter la rue King et se diriger vers le parc Saint-François où une courte cérémonie a eu lieu au monument dédié à la mémoire des victimes de la route. 

En cette 17e édition, on y a dévoilé une plaque pour honorer la mémoire de Delphine Langevin, cette joueuse de rugby du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke qui a été happée mortellement par une camionnette en juillet dernier alors qu’elle faisait le tour de la Gaspésie en vélo.

Le cortège devait ensuite revenir à son point de départ via la piste cyclable le long de la rivière Saint-François, pour une virée de 7,7 kilomètres.

«On a eu des années avec 200 cyclistes, mais avec la pandémie et les recommandations de porter le masque avant le départ et pendant la cérémonie au parc Saint-François, on ne sait pas si ça va faire peur», disait quelques heures avant l’événement Jean Pinard, du Club cycliste de Sherbrooke, volet cyclo sportif, qui organise l’événement avec la Patrouille volontaire à vélo de Sherbrooke.

Des proches de Delphine Langevin ont déposé des fleurs sur le monument.

Rappelons que cette activité annuelle de sensibilisation se déroule désormais sur les six continents et met l’emphase sur la vulnérabilité des cyclistes sur le réseau routier. Au Québec l’an dernier, ce sont 23 clubs cyclistes qui ont organisé un tour.

Cette année, l’événement devient d’autant plus nécessaire qu’un grand nombre de citoyens ont profité de la pandémie pour découvrir ou redécouvrir le vélo.

«On voit des choses qu’on ne voyait pas avant, constate Jean Pinard. Comme des cyclistes qui roulent à contresens ou qui ne font pas leurs arrêts obligatoires. Pour nous autres, c’est vraiment une priorité de faire de l’éducation auprès des cyclistes et en particulier auprès de tous ces nouveaux joueurs qui sont arrivés dans les pistes cyclables ou sur le réseau routier lui-même.»

En 2020, le nombre d’accidents impliquant un cycliste sur le territoire du Service de police de Sherbrooke est de 18 jusqu’à maintenant. En 2019, on a enregistré 13 accidents de ce genre. 

L’une des explications possibles de cette augmentation est évidemment la hausse du nombre de cyclistes sur le réseau routier. Toutefois depuis 2010, le nombre d’accidents a diminué de moitié sur le territoire du SPS.

«On est passé de 25 accidents en 2015 à 13 en 2019. Cette année si on considère qu’on a beaucoup plus de cyclistes sur la route, la hausse peut s’expliquer. (...) Je ne trouve pas ça trop inquiétant, mais c’est quelque chose qu’il faut garder en mémoire. Et il faut redoubler d’efforts pour informer les gens sur le partage de la route», réagit M. Pinard.

+

Les règles essentielles à la pratique du vélo :

— Porter un casque (pour toute la famille) incluant les parents; 

— Respecter la signalisation routière (arrêts obligatoires et feux de circulation); 

— Signaler ses intentions; 

— Munir son vélo de réflecteurs; 

— Rouler dans le sens de la circulation.