Le temps commence à presser pour Sherbrooke si elle veut accueillir les Jeux du Québec d’hiver 2023.

Le temps presse pour Sherbrooke

Si Sherbrooke souhaite organiser les Jeux du Québec d’hiver en 2023, la Ville devra passer à la deuxième vitesse, puisque le temps commence à manquer.

Tout est parti d’une promesse électorale du parti politique du Renouveau sherbrookois. Son chef Bernard Sévigny s’était engagé à déposer la candidature de Sherbrooke. Dans le cas de l’obtention des Jeux d’hiver, il s’agirait d’une première tenue d’un tel événement à Sherbrooke, et ce, depuis des années.

Or, avec la défaite en bloc des candidats du Renouveau sherbrookois, dont celle de l’ancien maire Bernard Sévigny, le dossier semble s’être retrouvé entre deux chaises, mais n’est pas tombé dans l’oubli selon le nouveau maire, Steve Lussier.

« Nous n’avons pas encore étudié le dossier en profondeur, mais nous sommes bien évidemment intéressés à accueillir des événements sportifs de grande envergure qui permettent de dynamiser le milieu, comme les Jeux du Québec », a expliqué l’élu.

Lorsque La Tribune lui a rappelé que la période de candidature approche à grands pas, Steve Lussier a admis que le temps pressait effectivement. Même son de cloche du côté du Conseil Sport Loisir de l’Estrie, qui collabore avec les différentes instances afin de mener à terme ce type de projet.

« On a été approchés l’an dernier pour l’organisation des Jeux de 2019 puisque l’Abitibi s’était désistée, informe Nicolas Vanasse, coordonnateur des programmes au CSLE. La Ville de Sherbrooke trouvait que le délai était trop court et Québec a finalement accepté l’offre. Normalement, nous devons faire valoir notre intérêt quatre ans avant la tenue des Jeux du Québec. Ce qui veut dire que le processus de mise en candidature sera cette année pour les Jeux de 2023. »

M. Vanasse rappelle que le CSLE n’est pas en position de leadership dans ce cas.

« La demande doit venir de la Ville et on l’accompagnera dans ce dossier s’il y a lieu. »