Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Robert Sargeant
Robert Sargeant

Le sort de Robert Sargeant sera plaidé en mars

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Robert Sargeant qui a reconnu avoir poignardé à mort Félix Bergeron au centre-ville de Sherbrooke à l’été 2018 devrait subir les observations sur la peine en mars prochain après de multiples remises en raison de son état de santé.

Le débat doit porter sur le nombre d’années qu’il doit passer en prison étant donné qu’un rapport psychiatrique conclut qu’il doit être déclaré délinquant dangereux.

« Ça devrait procéder. Je vais parler avec son médecin pour des mises à jour. Si j’ai un témoin, ce sera un expert qui sera entendu », a signalé l’avocat de la défense, Me Vinh Nguyen, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke.

Un ordre pour amener Sargeant devant le tribunal le 3 mars prochain a été donné. 

Robert Sargeant a reconnu avoir tué Félix Bergeron à son logement de la rue Sanborn à Sherbrooke en juillet 2018. 

Il a plaidé coupable en juin 2019 à l’accusation d’homicide involontaire coupable de Félix Bergeron et au complot d’introduction par effraction pour y commettre un vol qualifié avec William Pratte et Brandon Vaillancourt. 

Les procédures dans le dossier de Robert Sargeant sont retardées depuis plusieurs mois étant donné son état de santé. 

C’est une transaction de cellulaire qui a mal tourné qui est à l’origine de cette affaire. 

Le trio s’était rendu au logement de Félix Bergeron pour récupérer un cellulaire que Sargeant avait acheté de Bergeron.

Un bâton de baseball a été amené sur place, mais n’a jamais été utilisé lors de cette « visite » qui visait à récupérer le cellulaire, mais aussi la drogue chez celui qui allait devenir la victime dans cette affaire. 

Pendant que Vaillancourt discutait avec Félix Bergeron, Robert Sargeant est entré dans le logement de la rue Sanborn. 

Une bagarre a éclaté entre Sargeant et Bergeron. 

Sargeant a donné sept coups de couteau à Félix Bergeron, dont un au cœur qui lui a été fatal. 

Pratte et Vaillancourt ont volé les stupéfiants qui se trouvaient dans le logement. 

Ils ont quitté les lieux, convaincus que Félix Bergeron était hors de danger. 

William Pratte et Brandon Vaillancourt ont écopé de peines de 90 jours de prison à purger les fins de semaine et de 240 heures de travaux communautaires.

C’est Me Claude Robitaille qui représente le ministère public dans cette affaire.