Le Service canadien du renseignement de sécurité est poursuivi pour 35 M$

Cinq employés du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) poursuivent l'agence pour la somme de 35 millions $. Ils allèguent avoir subi du harcèlement et de la discrimination basés sur leur religion, leur ethnicité, leur genre et leur orientation sexuelle pendant des années.
Une poursuite déposée en Cour fédérale stipule que du harcèlement, de l'intimidation et de «l'abus d'autorité» sont monnaie courante au sein du SCRS et que les patrons tolèrent ce type de comportement.
La poursuite repose sur l'expérience de cinq employés qui ne peuvent être légalement identifiés dans le document.
Les employés affirment que le harcèlement vécu au cours des années leur a causé plusieurs dommages, dont une perte de salaire, de la dépression et de l'anxiété.
Aucune des allégations n'ont encore été prouvées en cour.
Le SCRS et le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, n'ont répondu aux demandes d'entrevues.