Miguel Angel Hernandez
Miguel Angel Hernandez

Le SERPAC cherche de la relève

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
L’organisme sherbrookois de sécurité routière et participation civique (SERPAC) qui s’est donné le mandat d’amorcer en bas âge l’adoption de bons comportements sur les routes cherche de la relève.

Celui qui a fondé l’organisme en 2005, Miguel Angel Hernandez croit que l’organisme peut traverser ce moment difficile en trouvant de nouveaux bénévoles prêts à s’y impliquer.

« Je cherche de la relève pour poursuivre la mission de sécurité routière qui est très importante. Je ne veux pas laisser mourir cet organisme parce qu’il a des bénéfices sur le plan social, humain et même économique », mentionne le fondateur de SERPAC.

Alcool au volant, drogue au volant, textos, médicaments au volant, façon de s’habiller pour les joggeurs et piétons la nuit, gestion du temps et du stress au volant sont autant de volets que le SERPAC touche.

« La SAAQ ou le ministère des Transports font un bon travail avec les conducteurs. Ce que nous visons, ce sont les jeunes en bas âge avec nos activités de sensibilisation. Il faut les former avant qu’ils conduisent », croit 

Miguel Angel Hernandez.

Après le Carnaval de la bicyclette de Stanstead dont la première édition a eu lieu l’an dernier, le SERPAC souhaite aussi tenir son activité de village nomade. Une activité pour les enfants de 5 à 11 ans pour apprendre le partage de la route entre usagers qui doit avoir lieu les 21, 22 et 23 février prochains aux Galeries 4-Saisons.

Trois écoles primaires ont aussi été visitées l’année dernière.

« Je suis prêt à donner toute l’information. Je veux toucher les personnes qui ont perdu des proches en raison d’accidents de la route. Ce sont des gens qui sont déjà sensibilisés. Après un accident de la route, plusieurs conséquences s’en suivent », signale M. Hernandez.

Les gens intéressés à s’impliquer dans l’organisme SERPAC au miguelhmia@gmail.com.