Quinze femmes ont été nommées ministres par Justin Trudeau.

Le salaire de la ministre Bibeau sera ajusté, assure le Parti libéral

Les cinq femmes qui ont été assermentées comme ministres d'État sont considérées comme des ministres «en bonne et due forme», et leur salaire sera ajusté en conséquence, assure-t-on au Parti libéral du Canada (PLC).
D'après les décrets qui ont été publiés jeudi sur le site du Bureau du conseil privé, la ministre québécoise Marie-Claude Bibeau et ses collègues Patricia Hajdu, Carla Qualtrough, Bardish Chagger et Kirsty Duncan sont officiellement des ministres d'État.
Le fait qu'aucun homme ne se retrouve dans cette situation prête flanc à la critique puisque le premier ministre Justin Trudeau s'est targué d'avoir formé un conseil des ministres paritaire - les ministres d'État ont un salaire inférieur de 20 000 $ à celui des ministres.
Cette situation ne durera pas, a assuré vendredi une source libérale, insistant que ces cinq femmes ministres le sont «en bonne et due forme» et que leur salaire sera ajusté de façon rétroactive pour refléter qu'elles sont sur un pied d'égalité avec leurs collègues.
La décision de former un conseil des ministres comptant un nombre équivalent d'hommes et de femmes, soit 15, a été largement salué. La phrase qu'a laissée tomber Justin Trudeau pour justifier la chose - «Parce qu'on est en 2015» - a été reprise dans plusieurs médias internationaux.