Le magasin Sail de Sherbrooke a ouvert ses portes en novembre dernier sur la rue Jean-Paul-Perrault.
Le magasin Sail de Sherbrooke a ouvert ses portes en novembre dernier sur la rue Jean-Paul-Perrault.

Le Sail de Sherbrooke résiste à la crise

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
La Presse canadienne
SHERBROOKE — Ouvert en novembre dernier, le magasin Sail Plein air de Sherbrooke résiste à la secousse provoquée par les problèmes financiers de la chaîne d’équipements sportifs. La direction de l’entreprise a présenté jeudi son plan de restructuration.

Il prévoit la fermeture de six magasins, soit ses quatre Sportium au Québec et deux établissements Sail en Ontario. La décision touchera environ 500 employés.

Rappelons que le détaillant de Laval avait annoncé mardi s’être placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, après avoir vu ses magasins être fermés pendant plusieurs semaines en raison des mesures visant à limiter la propagation de la COVID-19.

L’enseigne Sportium, qui se spécialisait dans les vêtements et articles de sports, avait vu le jour en 2015. Ses adresses de Québec, Saint-Hubert, Laval et Kirkland cesseront leurs activités au terme d’une vente de liquidation qui débutera « dans quelques jours ». Le site internet de Sportium restera accessible pour « encore un certain temps ».

Les magasins ontariens Sail de Vaughan et Etobicoke seront aussi fermés.

L’entreprise, fondée il y a plus de 40 ans, a précisé qu’elle se concentrerait désormais sur les activités de 12 succursales Sail, dont huit au Québec, ce qui inclut Sherbrooke, et quatre en Ontario, ainsi que sur son site internet et son centre de distribution.

Rappelons que le magasin Sail de Sherbrooke est situé sur la rue Jean-Paul-Perrault, dans le secteur du Carrefour de l’Estrie. Son ouverture, dans l’ancien Brico-Max, avait commandé un investissement de 12 millions $.

Le 14e magasin de la chaîne a une superficie de 3800 mètres carrés (41 000 pieds carrés). On avait recruté plus d’une centaine de personnes pour son ouverture.

Sail a indiqué qu’elle favoriserait le transfert de certains des employés touchés à d’autres succursales ou à son centre de distribution qui se consacre au commerce électronique.

« La fermeture de six magasins, qui signifie du même coup la fin de l’enseigne Sportium, est une décision déchirante, mais nécessaire qui nous permettra de conserver les points de vente Sail les plus prometteurs », a expliqué jeudi dans un communiqué le président et chef de la direction de la société, Norman Décarie.

L’automne avait déjà été difficile pour Sail, avait indiqué plus tôt cette semaine M. Décarie, et les mesures visant à limiter la propagation du nouveau coronavirus sont venues ajouter une « pression supplémentaire » sur ses finances.

Dans son ensemble, le réseau du détaillant générait des ventes annuelles d’un peu plus de 300 millions $, selon le dirigeant de la société. L’entreprise traîne des créances de plus de 100 millions $, en incluant certaines sommes retenues au cours des dernières semaines afin de préserver les liquidités de la compagnie.

Après une pause de plusieurs semaines, les consommateurs ont commencé à retourner dans les magasins de Sail. Avec les restrictions de voyage toujours en vigueur, la popularité des activités comme la pêche, le camping et la randonnée en forêt risquent de jouer en faveur du détaillant, a estimé mardi M. Décarie.