Directrice générale de la FPJQ de l’Estrie, Catherine Lafrance a fortement encouragé les municipalités à réinstaurer la publication d’avis public dans les journaux.

Le «rêve» de Vincent Vallières

Mercredi soir était l’occasion idéale pour les journalistes de se soutenir entre eux lors d’une soirée de solidarité à la presse régionale. C’est néanmoins plusieurs citoyens qui se sont présentés au Siboire Jacques-Cartier pour y témoigner l’importance d’un quotidien comme La Tribune.

Vincent Vallières, auteur-compositeur-interprète magogois, autrefois Sherbrookois, confie à La Tribune son histoire avec le média régional. 

« C’est important pour moi d’être solidaire avec les employés. Il y en a que je connais depuis 25 ans. Donc, d’une part, je tiens à être solidaire avec ces gens, mais d’autre part, il y a aussi le fait qu’un média régional met en lumière tout ce qui se passe chez nous. Tout ce qui est social, politique et culturel. Ce qui m’amène à dire que je lis La Tribune depuis que j’ai 12 ans », confie-t-il en se remémorant le temps où le journal était offert en grand format. 

« L’un de mes rêves, lorsque j’ai commencé à faire de la musique, était de paraître dans La Tribune, enchaîne-t-il. Pour moi, ce n’est pas les autres médias qui m’intéressaient. Lorsque j’ai gagné Cégep en spectacle, j’ai eu ma première entrevue d’envergure que j’ai mise dans mon curriculum vitae. Ça nous a permis, à mon groupe et à moi, de faire un pas en avant. Lorsque je dis que j’en rêvais, je suis sérieux, j’en rêvais réellement. »

« Une grande ouverture »

Ex-président de la Fédération des communautés culturelles, Edwin Moreno a lui aussi témoigné son soutien aux différents acteurs de l’univers médiatique. Ancien journaliste en Colombie, il retrace son parcours journalistique en entrevue avec La Tribune. 

« J’ai dénoncé la corruption et défendu la liberté d’expression. J’ai dû quitter le pays pour cette raison. C’est pour cela que je me sens très interpellé par ce qui est en train de se produire avec La Tribune. C’est notre seul quotidien à Sherbrooke. Il faut continuer à travailler fort pour que l’on continue à être informé par ce média », souligne celui qui a annoncé sa candidature indépendante dans la circonscription de Sherbrooke aux prochaines élections fédérales. 

Marie-Dominique Billequey, enseignante à l’école secondaire Mitchell-Montcalm, évoque l’appui que lui a apporté La Tribune lorsqu’elle avait une cause à revendiquer. « Rapidement, les gens de La Tribune étaient là pour m’aider à faire rayonner quelque chose qui était un peu plus dans l’ombre. Il y avait une grande ouverture. De mon côté, je saisis ce que c’est de se battre comme ces artisans de l’information le font. »

Par ailleurs, elle ajoute qu’il est essentiel à une société d’avoir une pluralité et une diversité de l’information. 

« Il y a un travail qui est fait pour se distinguer de la centralité. On va finir par tous entendre les mêmes choses. Il est essentiel d’avoir une grande oreille bien ouverte à ce qui se passe en région et ailleurs que dans la métropole. » 

Vincent Vallières