Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, au centre, accompagné du candidat dans le district d’Ascot, Robert Y. Pouliot, et du candidat dans Lennoxville, François-René Montpetit, a dévoilé le principal engagement de sa formation politique relativement à l’entretien et à la réfection des infrastructures routières.

Le Renouveau sherbrookois promet 70 M$ pour les routes

Le Renouveau sherbrookois s’engage à investir 70 M$ dans la réfection du réseau routier de la ville au cours des quatre prochaines années. Ces investissements, par contre, sont conditionnels au soutien financier de la part des paliers gouvernementaux supérieurs.

« À l’occasion de la campagne 2013, nous nous étions engagés à investir 40 millions dans le réseau routier, ce qui aurait constitué un effort de 25 % supérieur par rapport à ce qui avait été consenti dans le premier mandat. Or, l’investissement réel qui a finalement été réalisé de 2013 et 2017 s’est révélé nettement plus important. En effet, ce sont 60 millions qui ont été injectés dans nos chaussées, près du double de ce qui a été investi dans le mandat précédent. Dans la seule année 2017, ce sont 137 chantiers que l’on retrouvait sur le territoire de la ville de Sherbrooke » a rappelé Bernard Sévigny, avouant que même si le réseau routier de Sherbrooke s’améliore, il est encore « détérioré ».

Sans être catégorique, M. Sévigny estime que les 70M$ devraient être investis sans que la taxe spéciale sur l’asphalte, une taxe de 2 pour cent imposée depuis 2016, n’augmente.

Parmi les secteurs où l’asphalte devrait être refaite au cours du prochain mandat du chef du Renouveau sherbrookois, s’il est élu, il a été question, dans le district de Lennoxville, des rues Conley, Atto, Warren, Charles-Lennox et Samuel-Gratham.

Questionné sur le coût de revient actuel d’un mètre carré d’asphalte, le maire a répondu qu’il était difficile de le quantifier puisqu’il existe différents types de réfection.

Le maire de Sherbrooke était accompagné du candidat dans le district d’Ascot, Robert Y. Pouliot, et du candidat dans Lennoxville, François-René Montpetit, lors du dévoilement du principal engagement de sa formation politique relativement à l’entretien et à la réfection de nos infrastructures routières. Il a profité de l’occasion pour faire le bilan, en la matière, des dernières années.

« La remise en état du réseau routier est une tâche colossale, de longue haleine. Entre 2005 et 2009, la Ville n’avait investi que 19,7 millions dans la réfection des chaussées, soit un effort inférieur à 5 millions annuellement. Puis, dans le premier mandat du Renouveau sherbrookois, de 2009 et 2013, ce montant est passé à 31,5 millions, soit une augmentation de 60 pour cent », a-t-il rappelé.