La directrice générale du CPE Au Cœur des mésanges, Véronique Girard, souhaite que son établissement puisse développer une troisième installation, en partenariat avec Le Regroupement des étudiants, de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’UdeS (REMDUS).

Le REMDUS dépose son projet pour un nouveau CPE à l'UdeS

Le Regroupement des étudiants, de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’UdeS (REMDUS) a trouvé un partenaire pour la construction d’une installation de 80 places destinées aux parents-étudiants. Le CPE Au cœur des mésanges a en effet déposé un projet dans le cadre de l’appel d’offres du ministère de la Famille.

Si Québec donnait son feu vert au projet, la nouvelle installation pourrait voir le jour sur le campus de l’Université de Sherbrooke. 

Le CPE était déjà en contact avec le REMDUS dans le cadre de deux autres appels de projets, qui visent aussi l’ajout de places destinées aux parents-étudiants, explique la directrice générale du CPE, Véronique Girard.

L’un concerne l’agrandissement et le réaménagement de la grande installation (6 places) et le réaménagement de la Petite École (4 places). L’organisation avait eu l’appui du Centre 24–Juin dans ces dossiers.

« C’était une belle opportunité de s’engager dans une troisième installation », souligne Mme Girard, en soulignant que la possibilité d’une troisième installation avait déjà été évoquée avant son arrivée en poste, avant les discussions avec le REMDUS. Actuellement, l’établissement recense 538 enfants sur une liste d’attente de la Place 0-5 ans. 

Une entente de partenariat avait déjà été évoquée entre le REMDUS et le CPE Tout-petit, Toute-petite, situé sur le campus principal de l’UdeS, mais le conseil d’administration de ce centre de la petite enfance a décidé de ne pas s’impliquer dans le projet, indique Mme Girard, en rappelant que ce CPE gère en ce moment la construction de sa deuxième installation. 

Au Cœur des mésanges compte actuellement 86 places et 24 employés. 


Priorité aux membres

Avec ce qui est caressé sur le campus de l’UdeS, le centre de la petite enfance pourrait accueillir 20 poupons supplémentaires et 60 enfants de 18 mois à cinq ans. L’établissement proposerait des horaires atypiques, de soir, de jour et de fin de semaine. 

« Si le Ministère nous accorde nos places, on va faire une étude pour voir quels sont les besoins des parents », note Mme Girard, en rappelant que le REMDUS a déjà sondé ses parents membres. Pour cette nouvelle installation, pour laquelle le REMDUS s’engage notamment à accorder 40 000 $ par année, les étudiants auraient d’abord la priorité pour les places, et une cote de priorisation pourrait par exemple être élaborée pour les employés, en fonction des pourparlers qui auront lieu avec les partenaires. 

Rappelons que les membres du REMDUS ont accepté une cotisation étudiante pour soutenir l’initiative, « soit environ 1 M$ sur la durée de l’hypothèque ». Cette cotisation ne sera prélevée que si le projet obtient l’aval de Québec.

Tant du côté du REMDUS que de l’UdeS, on se réjouit de la tournure des événements.

« Ça fait longtemps que l’on faisait des démarches. On était sensible aux réserves de l’Université d’avoir une expertise en la matière », indique le directeur général du REMDUS, Steve Lavoie. 

Rappelons que le REMDUS souhaitait déposer un projet d’installation de 80 places, mais qu’il devait obtenir une lettre d’intention de l’UdeS afin de pouvoir déposer son projet au Ministère. L’UdeS était réticente à le faire. « C’est un secteur qu’on ne connaît pas du tout », note la vice-rectrice à la vie étudiante, Jocelyne Faucher. Elle rappelle que l’institution reconnaît tout de même les besoins spécifiques des parents-étudiants de l’UdeS.  

Si Québec autorisait le CPE à aller de l’avant, celui-ci aurait deux ans pour réaliser le projet.