Le projet d’une nouvelle école primaire dans le secteur Ascot à Sherbrooke refait surface.
Le projet d’une nouvelle école primaire dans le secteur Ascot à Sherbrooke refait surface.

Le projet d’école dans le secteur d’Ascot refait surface

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Le projet d’une nouvelle école dans le secteur d’Ascot revoit le jour. Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) pourrait déposer une telle demande à Québec.

Le CSSRS avait mis sur la glace le projet de l’école primaire « D », qui aurait vu le jour à côté de l’école internationale du Phare.

L’organisation avait reçu un feu vert, en 2017, pour agrandir l’école primaire Jean-XXIII, dans le quartier Ascot.

Entre la demande et le feu vert de Québec, la hausse d’élèves a basculé vers l’école Marie-Reine. « On a décidé d’attendre pour réaliser l’agrandissement de Jean-XXIII. L’année suivante, ça s’est confirmé : l’augmentation de clientèle n’était plus aussi grande dans le quartier de Jean-XXIII que Marie-Reine », explique Carl Mercier, directeur adjoint à l’administration du CSSRS.

Le CSSRS a donc fait la demande pour que des huit classes accordées à Jean-XXIII, quatre soient attribuées à Marie-Reine, en plus de classes maternelles quatre ans.

L’organisation s’est fait confirmer cette semaine qu’elle avait, pour Jean-XXIII, les quatre classes attribuées en 2017, de même que deux maternelles quatre ans. « On les a encore dans notre poche », image Carl Mercier. « On avait suspendu le projet de l’école D. Mais il y a énormément de développements résidentiels qui se font dans ce secteur-là. On juge que plutôt d’agrandir Jean-XXIII, ce serait mieux de demander une nouvelle école primaire (...) C’est toujours plus gagnant une nouvelle école qu’un agrandissement », dit-il en citant les possibilités d’une nouvelle construction. 

Le CSSRS songe à déposer une nouvelle demande si les prévisions d’effectifs du ministère de l’Éducation le permettent. « On est à l’étude », note-t-il.

L’option de construire cette nouvelle école à côté de l’école internationale du Phare est maintenant écartée.

« On aurait un terrain disponible dans le quartier résidentiel. On a eu des pourparlers avec la Ville et on aurait un terrain disponible qui serait probablement plus intéressant et plus près de la clientèle. »

Il souligne que le territoire est une terre d’accueil pour les personnes immigrantes et l’organisation compte plusieurs classes d’accueil. « Il faut être proactif dans nos demandes. »

L’organisation a eu un feu vert officiel cette semaine pour l’agrandissement du Triolet (27 M$) et de Marie-Reine. L’école primaire située dans l’est de Sherbrooke pourra

ajouter quatre classes supplémentaires, un gymnase et deux maternelles quatre ans grâce à un investissement de 6,3 M$.

L’agrandissement du Triolet doit permettre de récupérer les locaux qui seraient rendus disponibles par le déménagement du pavillon des techniques industrielles au Centre 24 -Juin. Ce volet s’inscrit dans un vaste 

projet de réaménagement et d’agrandissement du Centre 24-Juin. Le CSSRS devra donc d’abord obtenir un feu vert pour le Centre-24 Juin, dont les coûts estimés étaient de l’ordre de 65 M$. Le CSSRS devra patienter pour construire une nouvelle école Mitchell-Montcalm, le dossier cheminant toujours à Québec.