Souvent, avant le temps des Fêtes, le lac du parc du Domaine-Howard est transformé en patinoire extérieure. Ce n'est pas le cas cette année...

Le père Noël pourra renoncer à son gros manteau

Selon toute vraisemblance, la chanson Noël blanc ne sera pas appropriée dans la quasi-totalité de la province au moment du réveillon... Le père Noël pourra même renoncer à son gros manteau lors de sa distribution de cadeaux au Québec.
D'après le météorologue Simon Legault d'Environnement Canada, un système drainera de l'air chaud vers le Québec à compter de la fin de la journée du 23 décembre. À ce moment, il y aura donc un soubresaut de la température qui s'accompagnera de pluie et ces conditions continueront de prévaloir le lendemain.
En Estrie, il pourrait faire 9 degrés mercredi et 14 le lendemain, veille de Noël.
M. Legault souligne que rares sont les flocons qui survivront à ce petit cocktail. Il indique qu'il n'y a à peu près que la Côte-Nord qui « s'en sortira avec un restant de neige ».
Alors que cette région s'accrochera tant bien que mal à cette ultime trace de féerie, de vieux records de chaleur risquent fort d'être fracassés dans certains centres urbains de la province à la veille de Noël.
Le 24 décembre 1957, il avait fait 8,3 degrés Celsius à Montréal et 7,2 à Québec. Or, 58 ans plus tard, si les maximums prévus sont atteints, il fera 12 dans la métropole et 9 dans la Vieille Capitale.
Simon Legault soutient, toutefois, que les choses commenceront à rentrer dans l'ordre rapidement.
« Déjà au courant de la nuit du 24 au 25, le mercure va être à la baisse. On reviendra à des températures qui ne seront pas froides, mais quand même beaucoup plus près des normales saisonnières », précise-t-il. Avec Claude Plante