L’ancien Provigo a été réaménagé et agrandi en vue d’y accueillir plusieurs activités cliniques. Toutes les activités liées aux soins infirmiers courants déménageront dans les nouveaux locaux à partir de lundi prochain.

Le nouveau CLSC ouvre lundi [VIDÉO]

Le nouveau CLSC et centre de services ambulatoires Belvédère du CIUSSS de l’Estrie-CHUS prendra vie le 14 janvier. Le nouveau CLSC, situé dans les locaux de l’ancien Provigo au 1055, rue Belvédère Sud, ouvrira ses portes au public lundi et offrira plusieurs services de proximité aux Sherbrookois.

L’ancien Provigo a été réaménagé et agrandi en vue d’y accueillir plusieurs activités cliniques. Toutes les activités liées aux soins infirmiers courants déménageront dans les nouveaux locaux à partir de lundi prochain. On peut penser par exemple aux soins de plaies, à la vaccination aux adultes, aux injections de médicaments ou aux suivis postopératoires. Ces soins étaient offerts jusqu’ici au 50 de la rue Camirand et au 1200 de la rue King Est.

À lire aussi: Un nouveau CLSC sera inauguré en janvier dans l'ancien Provigo

Mardi, c’est le Groupe de médecine familiale des Grandes-Fourches qui déménagera dans ses nouveaux locaux.

Puis le 21 janvier, ce sont finalement les activités de la Clinique de planification des naissances qui rejoindront le nouveau bâtiment.

« L’offre de soins et de services sera davantage adaptée aux besoins, notamment grâce à une technologie bonifiée pour la téléassistance en soins de plaie, à un rehaussement de quatre à dix chaises pour des traitements intraveineux et à un aménagement ergonomique des bureaux et des espaces plus adaptés », a soutenu Lyne Cardinal, directrice des services généraux au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

L’emplacement de ce nouveau CLSC est aussi un atout majeur : il permettra plus facilement d’offrir des services de proximité, puisqu’il est situé dans un secteur où se trouve de la clientèle vulnérable ainsi que de la clientèle immigrante.

Trois CLSC en service

Les CLSC de la rue Camirand et du 1200, rue King Est ne fermeront pas leurs portes, bien au contraire. De nombreux services continueront d’être offerts aux deux adresses.

« Ce projet a été initié avant la fusion (NDLR : en avril 2015) parce qu’il manquait d’espace dans les deux CLSC de Sherbrooke », souligne Patricia Gauthier, présidente-directrice générale du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

De l’espace pour la clientèle, mais aussi pour le personnel qui ne travaillait plus dans des locaux adaptés.

« Il y a eu 36 000 interventions en soins infirmiers courants l’an passé, une augmentation de 11 % par rapport à l’année précédente, et ça continue d’augmenter », soutient Lyne Cardinal.

Au CLSC Camirand, c’était un vrai casse-tête de trouver des locaux pour que les professionnels puissent y rencontrer des patients.

« Grâce aux nouveaux locaux adaptés, nous pourrons offrir 70 rendez-vous de plus par jour », ajoute Mme Cardinal.

Même chose du côté du GMF des Grandes-Fourches, où les médecins et les autres professionnels se marchaient sur les pieds.

« Nous offrons enfin un environnement de travail plus adéquat pour les médecins, l’équipe des infirmières et autres professionnels du GMF des Grandes-Fourches, dont la clientèle inscrite est passée de 13 700 à plus de 18 000 personnes depuis 2010 », souligne Dre Suzanne Gosselin, directrice adjointe des services professionnels au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« On fait des jaloux »

L’ancien Provigo a été agrandi pour y greffer la Clinique de planification des naissances, qui était située sur la 12e Avenue dans des locaux loués et qui présentaient des contraintes physiques. Cette clinique traite les activités liées aux infections transmissibles sexuellement ou par le sang (ITSS), les interruptions volontaires de grossesses et fait les suivis avec les victimes d’agressions sexuelles, entre autres.

« Les questions de sécurité et de confidentialités étaient importantes pour ces clientèles, alors il y a une entrée séparée et une salle d’attente à part », souligne Lyne Cardinal.

Il y a dix chaises pour recevoir des patients qui ont besoins de traitements intraveineux, le tout dans un confort et une intimité nettement accrus par rapport aux installations précédentes dans les deux autres CLSC.
Tout a été pensé dans le nouveau CLSC et centre de services ambulatoires Belvédère pour être fonctionnel, autant pour le personnel que pour les patients. On voit ici des salles d’examens des soins infirmiers courants.

La concrétisation du projet a eu des échos jusqu’au ministère de la Santé et des Services sociaux. Par voie de communiqué, la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann a réagi : « Je me réjouis de constater que cet établissement a à cœur d’optimiser la gestion de ses locaux cliniques, et que de tels efforts de réorganisation auront un effet positif concret et durable sur la qualité et l’accessibilité des services fournis à la population de son territoire. »

André Bachand, député de Richmond, a d’ailleurs profité de l’occasion pour souligner que « le CIUSSS de l’Estrie-CHUS est l’un des meilleurs CIUSSS au Québec. Je pense que l’on fait des jaloux ailleurs au Québec », a-t-il ajouté en riant.

Le projet s’inscrit dans le cadre du plan d’optimisation des espaces locatifs du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Son coût s’élève à 6 777 870 $, somme assumée par le plan de conservation et de fonctionnalités immobilières (PCFI) de l’établissement. Le bâtiment avait déjà été acheté et payé par l’ancienne administration du CSSS-IUGS avant la fusion de 2015.

Voici à quoi ressemble la réception du CLSC et centre de services ambulatoires Belvédère.