Pour désengorger le secteur de Saint-Élie, le MTQ construira une passerelle à côté du viaduc de la route 220 enjambant l’autoroute 10. Cette construction permettra d’ajouter un voie pour les automobiles sur le viaduc.

Le MTQ ajoutera une passerelle pour les vélos sur la route 220

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) construira une passerelle pour les piétons et les cyclistes parallèle au viaduc de la route 220 qui enjambe l’autoroute 10. En déplaçant le transport actif sur une structure parallèle, le Ministère récupèrera suffisamment d’espace pour aménager une deuxième voie pour les voitures en direction de Saint-Élie.

Le projet est inscrit au plan triennal des investissements routiers 2019-2021 du MTQ. Les dépenses prévues en Estrie ont été dévoilées lundi. Selon le document rendu public, le coût des travaux oscillera entre 1 et 5 M$ et le début du chantier est prévu en 2020.

La route 220 connaît de sérieux problèmes de ralentissement aux heures de pointe, principalement entre le chemin Dion et le carrefour giratoire du boulevard René Lévesque.

Dominique Gosselin, conseillère en communication au MTQ en Estrie, indique le projet en est au stade de la planification et qu’il reste encore à lancer les appels d’offres. « Le viaduc est en bon état. Notre objectif est de maintenir un accès aux piétons et aux cyclistes en plus d’ajouter une voie pour les automobilistes. Notre intention est de commencer les travaux en 2020. »

Le viaduc accueille 19 400 véhicules chaque jour. En comparaison, on dénombre 20 000 voitures entre les chemins Dion et Godin et 14 000 entre le chemin Godin et le carrefour giratoire du boulevard René-Lévesque.

« Notre objectif est de remédier au problème actuel, mais aussi de répondre aux besoins futurs, parce que nous pouvons anticiper de nouvelles constructions dans le secteur de Saint-Élie dans les années à venir. »

Élargissement de la route 220

Quant aux autres aménagements nécessaires, comme l’élargissement de la route 220, ils sont prévus dans un horizon de trois à cinq ans selon le MTQ.

Le ministère avait réalisé une étude à l’automne 2017 pour analyser les conditions de circulation dans ce secteur et avait conclu que la configuration actuelle du tronçon n’est plus en mesure de répondre au volume de circulation, supérieur à sa capacité.

Le conseiller du district de Saint-Élie, Julien Lachance, ne connaissait pas les détails du projet, mardi, mais il se réjouissait de ce qu’il qualifiait de « bonne nouvelle ». « Avec le volume de circulation, c’est devenu dangereux. Ça permettra une plus grande fluidité sur le viaduc. Maintenant, il faudra s’intéresser au tronçon entre le viaduc et le carrefour giratoire. Il faudra des rencontres avec les commerçants. Je comprends que les fossés sont de la responsabilité de la Ville. Qu’on s’occupe des piétons et des cyclistes, c’est fort intéressant. »

M. Lachance ne croit pas que l’ouverture du boulevard René-Lévesque ait amplifié ou réduit le problème de la circulation sur la route 220. « J’ai l’impression que l’effet est neutre. »

Enfin, à la Ville de Sherbrooke, on mentionne que les travaux à effectuer sur la route 220 dépendront de l’échéancier du MTQ, puisque ce tronçon appartient au ministère. Au Service des communications, on se dit prêt à collaborer avec le ministère.