Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sur ce plan préliminaire, on voit l’aménagement potentiel de nouveaux terrains de soccer au parc Central de Rock Forest.
Sur ce plan préliminaire, on voit l’aménagement potentiel de nouveaux terrains de soccer au parc Central de Rock Forest.

Le mouvement pour la protection du parc Central ne s’essouffle pas

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE — Les citoyens inquiets de la construction possible de nouveaux terrains de soccer et d’un stationnement de 252 cases dans le secteur du parc Central, dans le district du Lac-Magog, continuent de presser la Ville de Sherbrooke de questions. La date d’une consultation publique portant sur le sujet devrait être communiquée aux élus la semaine prochaine. 

Lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal lundi midi, quatre questions citoyennes portaient sur le projet, qui n’est encore qu’au stade des études. La conseillère Évelyne Beaudin a indiqué n’avoir jamais vu une telle mobilisation depuis le début du mandat et souhaite que les citoyens soient impliqués dans la suite de la démarche pouvant mener à la transformation du parc Central. 

Lucie Desgagné, par exemple, trouve inconcevable que ce genre de projet soit admis en 2021 dans un parc de la Ville. « N’y a-t-il pas un Bureau de l’environnement qui devrait imposer une relecture de ce projet? Pourquoi les citoyens vivant à proximité n’ont pas été avisés de ce projet adopté en 2009? », demande-t-elle. 

La présidente du conseil, Nicole Bergeron, corrige cette information précisant que le projet a été déposé pour la première fois en 2015 et qu’une mise à jour a été déposée en 2019. « Il s’agit d’une planification à haut niveau et non un projet concret. La seule chose qui soit confirmée est la transformation d’un terrain naturel existant en terrain synthétique. Il n’y a pas de destruction d’espace vert liée à ce projet. »

L’idée d’ajouter des terrains de soccer au parc Central fait l’objet d’une évaluation à la suite de demandes adressées à la Ville. « Le Bureau de l’environnement offrira un accompagnement aux divisions des parcs et des sports si nous procédons. »

Aucune consultation n’a été menée, dit Mme Bergeron, parce qu’aucun projet concret n’a encore émané. « Nous prendrons le pouls de la population en 2021 », assure-t-elle.

Inquiétudes

Sandra Marsant, elle, voulait savoir comment la quiétude des citoyens serait assurée devant l’ajout potentiel de sources de bruits dans le secteur alors que Denise Poissant voulait savoir si une étude des impacts environnementaux d’un terrain synthétique avait été menée. 

Nicole Bergeron précise que le stationnement envisagé ne serait accessible que par le boulevard Bourque, sur un terrain qui sert déjà à l’entreposage de matériaux par la Ville de Sherbrooke. 

Le terrain synthétique qui doit être transformé au printemps 2021 n’a pour sa part pas fait l’objet d’études, même s’il est acquis qu’il respecte la protection des milieux humides et qu’aucun déboisement n’est nécessaire. 

Évelyne Beaudin estime que la Ville doit prendre acte de la mobilisation en cours. « Les gens veulent être consultés. Je nous inviterais à mettre sur pied un petit comité de citoyens, un peu comme on a fait pour le boisé Fabi, qui pourra être tenu informé et donner son avis sur les différents aménagements qui pourraient avoir lieu. Ces démarches de consultation devraient devenir des automatismes. »

Dans le même sens, Mme Beaudin a ajouté qu’elle souhaite que la population soit consultée également pour la mise en place d’une politique de l’arbre.