Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le premier confinement aura permis au secteur de l’immobilier d’acquérir l’ensemble des connaissances nécessaires pour affronter un prochain confinement complet.
Le premier confinement aura permis au secteur de l’immobilier d’acquérir l’ensemble des connaissances nécessaires pour affronter un prochain confinement complet.

Le monde de l’immobilier modernisé prêt au deuxième confinement

La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le premier confinement aura permis au secteur de l’immobilier d’acquérir l’ensemble des connaissances nécessaires pour affronter un prochain confinement complet.

Lors de l’annonce du premier confinement complet, le monde de l’immobilier était marqué par un sentiment d’insécurité et de peur. Alors qu’un deuxième confinement de ce type est envisageable, cette même industrie se dit cette fois confiante et prête à poursuivre ses activités dans un tel contexte sanitaire. David Bourgon, président de la Chambre immobilière de l’Estrie et du Centre-du-Québec, croit que le secteur immobilier s’est réinventé et modernisé dans la dernière année ce qui le laisse optimiste pour la suite des choses.

« Dans l’éventualité d’un bref confinement complet, il n’y aura pas d’impact négatif sur le marché immobilier en Estrie », estime M Bourgon.

Certains seront tout de même plus touchés dans l’éventualité d’un deuxième confinement complet. Les acheteurs et les vendeurs liés par des contrats de vente non finalisés pourront s’attendre à des délais plus longs. Les parties devront trouver des solutions temporaires avec l’aide de leur courtier afin de contrebalancer les effets d’un confinement complet comme l’explique Maxime Pothier, courtier immobilier agréé et dirigeant et copropriétaire de l’agence Century 21 à Magog. « Il est du devoir du courtier de rassurer et de sécuriser la transaction », ajoute-t-il.

Plus de 4000 inscriptions immobilières étaient en vigueur en décembre 2020 au Québec. Parmi ces propriétés sur le marché, celle de la Sherbrookoise Amélie Boissonneau y figure. Depuis que Québec envisage un deuxième confinement, cette mère de trois enfants se pose beaucoup de questions quant à la vente de sa propriété dans un tel contexte. « Bien que cela puisse sembler risqué, la vente de ma maison sera l’opportunité pour ma famille et moi de réaliser nos rêves », affirme cette Sherbrookoise.

Les technicités des ventes immobilières seront certainement alourdies si un deuxième confinement est déclenché. Il n’en reste pas moins que le monde immobilier est encouragé par la montée des ventes immobilières en 2020 et par l’engouement généralisé à l’endroit des Cantons-de-l’Est. Viatka Sundborg