Un agrandissement est espéré à l’école primaire Marie-Reine de Sherbrooke.
Un agrandissement est espéré à l’école primaire Marie-Reine de Sherbrooke.

Le ministre Roberge attendu en Estrie

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
PRIMEUR / Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, doit être de passage à l’école Louis-Saint-Laurent de Compton, mardi matin prochain, où la communauté attend depuis longtemps un agrandissement. Les besoins d’espace sont grands en Estrie. À l’école primaire Marie-Reine, qui espère agrandir ses locaux, une dizaine de transferts administratifs ont dû être réalisés en raison du manque d’espace.

Au moment de l’entrevue, à deux jours de la rentrée, on comptait environ 13 enfants qui ont dû être déplacés dans des écoles environnantes.

La construction d’un immeuble d’habitation destiné aux familles nombreuses dans le quartier a eu des impacts sur les inscriptions de l’école de la rue de Caen, explique Patricia Dionne, présidente du conseil d’établissement. 

Ces transferts remettent en lumière les besoins d’espace, note-t-elle. Un autre immeuble est en construction sur la rue Walsh, ce qui pourrait bien entraîner une hausse d’élèves dans le secteur. 

Les transferts, déchirants pour les parents et les enfants, peuvent aussi entraîner des problématiques de transport. 

« Quand on est dans un quartier défavorisé, les familles n’ont pas nécessairement accès à un transport finalement. Ça crée des situations difficiles », note Mme Dionne, en soulignant que beaucoup d’efforts sont mis, également, pour créer un sentiment d’appartenance dans la communauté. « Ça ne fait que renforcer les besoins dans le milieu. »

L’équipe de l’école Marie-Reine attend donc impatiemment des nouvelles de Québec. Les espoirs sont grands, également, à Compton, où le ministre est attendu selon nos informations.

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

Plusieurs projets

La Tribune écrivait samedi dernier que des annonces de Québec au sujet des agrandissements et des constructions d’école étaient attendues pour la fin août. Généralement, ces annonces surviennent au printemps ou au début de l’été. 

Rappelons que le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) a déposé un projet pour la construction d’une toute nouvelle école secondaire, qui permettrait de rassembler l’ensemble des élèves de Mitchell-Montcalm dans un seul et même édifice. Elle caresse aussi un important projet de réaménagement et d’agrandissement du Centre 24-Juin, un projet de l’ordre de 65 M $. 

Alors qu’elle avait réussi à descendre sous la barre de la centaine le nombre de transferts administratifs annuellement, elle s’attend à une remontée cette année, pour se situer autour de 140.

L’organisation a jusqu’à cinq jours avant la rentrée pour procéder au transfert, mais avise les parents le plus rapidement possible. 

Selon nos informations, parmi les écoles concernées, une dizaine d’élèves ont été touchés à Notre-Dame-de-Liesse, dans le secteur Deauville de Sherbrooke. 

Du côté du CSSRS des Sommets, on souhaite obtenir un gymnase à l’école Saint-Gabriel de Windsor et à Notre-Dame-de-l’Assomption à Saint-Georges-de-Windsor, de même qu’une nouvelle classe de maternelle 4 ans à l’école Plein-Coeur à Richmond.  

L’école Louis-Saint-Laurent, sur le territoire du CSS des Hauts-Cantons, déborde depuis 2015. Un projet d’agrandissement avait été déposé à Québec et des locaux municipaux sont utilisés pour accueillir des élèves.  

Le CSS des Hauts-Cantons avait aussi déposé une demande pour les écoles primaires Saint-Camille de Cookshire-Eaton (six classes) et du Parchemin à East Angus (8 classes). Ces projets sont toujours espérés.