Jean-Luc Beauchemin
Jean-Luc Beauchemin

Le maire de Saint-Denis passera le flambeau en 2021

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Le maire de Saint-Denis-de-Brompton Jean-Luc Beauchemin ne sollicitera pas un troisième mandat aux élections municipales de novembre 2021.

M. Beauchemin en a fait une annonce officielle dans la livraison de septembre du journal communautaire, pour laisser le temps à la relève de s’organiser, dit-il.

« Après huit ans, ça va être la fin. J’ai de nouveaux projets à l’extérieur de Saint-Denis et [la mairie] m’oblige à garder un pied-à-terre ici pour finir mon mandat et ne pas provoquer d’élection », précise-t-il en entrevue avec La Tribune.

À 65 ans, M. Beauchemin a encore beaucoup d’ambition pour la municipalité qu’il a adoptée il y a 22 ans. Mais il vient d’acquérir une propriété ailleurs dans la MRC du Val-Saint-François, où il compte élever des chevaux et retrouver un peu de temps pour profiter de la vie. 

« La pandémie y a été pour beaucoup dans ma décision, confie-t-il. J’ai eu besoin d’espace. »

D’ici la fin de son mandat, le maire Beauchemin entend mener à terme quelques dossiers majeurs de son administration. En premier lieu la mise à niveau de l’hôtel de ville et de la caserne de pompiers, qui ne sont plus conformes ni adaptés à la croissance importante des services pour la population de Saint-Denis-de-Brompton.

« On a besoin d’un nouvel hôtel de ville et d’une nouvelle caserne. Ce sera au même endroit, mais ce sera mieux structuré, explique-t-il. On a consulté des groupes de citoyens et on s’aligne là-dessus dans les prochains mois. »

Le projet serait donc déposé en pleine année électorale, avec un maire qui se retire du jeu.

« Ce n’est pas ma vision, nuance-t-il, c’est la vision du conseil. On va le proposer aux citoyens et ce sont eux qui vont décider. Si les gens veulent aller vers ça on va continuer, sinon on va mettre ça sur la glace. 

« Mais on grossit, reprend-il après un moment de réflexion. C’est sûr qu’il faut de l’espace pour nos employés municipaux. »

Le maire Beauchemin va laisser derrière lui une municipalité qui a connu une croissance « exponentielle » de plus de 30 % depuis 10 ans, pour atteindre presque 4400 citoyens, pendant que la richesse foncière a doublé. 

« Notre belle municipalité est en voie de devenir une ville. Lorsque nous serons rendus à cette étape, je serai fier d’avoir contribué au fait que nos structures administratives sont en place et fonctionnelles », déclare-t-il. 

À savoir qui va lui succéder, Jean-Luc Beauchemin reste prudent dans ses commentaires. Il dit qu’il y a « des bons prospects et prospecte » dans l’actuel conseil municipal et assure qu’il ne jouera pas à la belle-mère. 

Plus sérieusement, il souligne que la fonction implique autant de temps à l’Hôtel de Ville qu’à la MRC du Val-Saint-François, où plusieurs comités nécessitent la présence du maire de Saint-Denis-de-Brompton.

« C’est beaucoup d’heures. À la MRC par exemple, avec tout l’argent qu’on y injecte, il faut siéger pratiquement à tous les comités, que ce soit le développement, les loisirs, les sports ou la sécurité publique. Ça demande plusieurs avant-midis par semaine. Il faut que les gens aient la chance d’y réfléchir, parce que c’est beaucoup de travail. »