Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le 20 mai 1989, le prince Philip, duc d’Édimbourg, a effectué une visite d’une journée à Sherbrooke. À son arrivée devant l’hôtel de ville, il avait été accueilli par les députés fédéral et provincial de Sherbrooke, Jean Charest et André J. Hamel (à gauche). Il a ensuite rencontré le maire Jean Paul Pelletier, qui lui a présenté quelques membres du conseil municipal, dont Jean Perrault (à qui il serre la main), Françoise Dunn, Bernard Tanguay, Jean-Yves Laflamme et Alfred Demers.
Le 20 mai 1989, le prince Philip, duc d’Édimbourg, a effectué une visite d’une journée à Sherbrooke. À son arrivée devant l’hôtel de ville, il avait été accueilli par les députés fédéral et provincial de Sherbrooke, Jean Charest et André J. Hamel (à gauche). Il a ensuite rencontré le maire Jean Paul Pelletier, qui lui a présenté quelques membres du conseil municipal, dont Jean Perrault (à qui il serre la main), Françoise Dunn, Bernard Tanguay, Jean-Yves Laflamme et Alfred Demers.

Le jour où le prince Philip a visité Sherbrooke

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Beaucoup de Sherbrookois se rappellent encore le dernier passage du prince Philip dans la ville-reine des Cantons-de-l’Est.

C’était le 20 mai 1989. 

Une journée chargée au cours de laquelle le duc d’Édimbourg avait honoré de sa présence les festivités entourant le 35e anniversaire de l’Université de Sherbrooke après s’être rendu à l’hôtel de ville où il avait, comme le veut la tradition, apposé sa griffe royale dans le livre d’or de la Ville.

Lors de son arrivée à l’hôtel de ville, l’époux de la reine Élisabeth II (qui était absente lors de cette visite) avait été accueilli par le maire de l’époque, Jean Paul Pelletier. 

Une foule s’était massé le long de la rue Wellington Nord ainsi que sur le carré Strathcona, au pied de l’hôtel de ville, afin d’assister au passage de l’illustre visiteur.

À sa descente de voiture, menant au parvis de l’hôtel de ville, le duc d’Édimbourg avait été accueilli par le député fédéral de l’époque, Jean Charest, qui était accompagné de son épouse, Michèle Dionne.

Quelques conseillers municipaux étaient aussi sur place. Parmi eux, le futur maire, Jean Perrault, ainsi que ses collègues du conseil municipal : Bernard Tanguay, Françoise Dunn, Jean-Yves Laflamme et Alfred Demers. Le député de Sherbrooke à l’Assemblée nationale, André J. Hamel, était aussi présent.

Comme il se doit, une fois à l’intérieur de l’hôtel de ville, le prince Philipe avait reçu les hommages du maire Pelletier lors d’une allocution prononcée dans le hall d’honneur, pour ensuite prononcer quelques mots d’usage avant de parapher le livre d’or.

L’itinéraire de la journée l’avait ensuite amené sur le campus de l’Université de Sherbrooke où il s’est adressé à la communauté universitaire lors d’une cérémonie qui s’est tenue à l’extérieur, visant à marquer le coup d’envoi des festivités entourant le 35e anniversaire de fondation de l’établissement.

Les archives de l’Université nous rappellent que le prince Philip avait pris alors le repas du midi sur le campus. Au menu : « homard, saumon, crevettes, jambon à l’érable, veau, foie de volaille, manicotis farcis, maïs miniatures, fèves germées, gâteau opéra et autres douceurs ».

Une plaque commémorant le passage du prince Philip avait alors été dévoilée devant le Pavillon Georges-Cabana.

Le duc d’Édimbourg avait terminé sa visite dans les Cantons-de-l’Est par une visite sur le campus de l’Université Bishop’s de Lennoxville.