Philippe Couillard

Le gouvernement Couillard s'inquiète du projet de loi C-51

Le gouvernement Couillard est inquiet de la portée du projet de loi fédéral antiterrorisme C-51 et déplore l'approche unilatérale d'Ottawa dans ce dossier.
Après plusieurs semaines de pressions de l'opposition, Québec a ainsi finalement fait connaître sa position, en transmettant une lettre mardi à trois ministres conservateurs.
La lettre, qui a été déposée en Chambre mercredi matin, fait part de «plusieurs préoccupations» du gouvernement du Québec.
Québec rappelle notamment que «les impératifs de sécurité doivent être pondérés au regard des protections constitutionnelles dont bénéficient tous les citoyens».
Le gouvernement Couillard se dit «préoccupé par la nécessité (...) de protéger adéquatement les renseignements personnels», et s'inquiète aussi des «vastes pouvoirs» qui seraient conférés au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).
Pour appuyer ses dires, il rappelle même les critiques d'anciens premier ministres fédéraux, d'anciens juges et professeurs d'université.
Enfin, le gouvernement Couillard déplore ne pas avoir été consulté au préalable et reproche au fédéral sa démarche unilatérale.
Cependant, en Chambre, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a assuré qu'elle ne voulait pas se quereller avec Ottawa, contrairement au Parti québécois. Elle a dit qu'elle souhaitait travailler en collaboration avec le gouvernement fédéral.
La lettre a été signée par elle, par la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, et leur collègue des Affaires intergouvernementales canadiennes, Jean-Marc Fournier.