Une trentaine de véhicules ont formé un cortège pour souligner le 70e anniversaire du Fleurdelisé dimanche à Sherbrooke.
Une trentaine de véhicules ont formé un cortège pour souligner le 70e anniversaire du Fleurdelisé dimanche à Sherbrooke.

Le Fleurdelisé à l’honneur

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Les Sherbrookois ont célébré la Fête du drapeau fleurdelisé, dimanche. Une trentaine de voitures ont participé à un défilé du drapeau, organisé par l’organisme sans but lucratif le Mouvement des insoumis.

Le membre fondateur et porte-parole du Mouvement des insoumis, Sylvain Meunier, tente de partager l’histoire de la province aux Sherbrookois. « On célèbre le jour du drapeau. Il y a 70 ans, le 21 janvier 1948, Maurice Duplessis et son gouvernement ont décrété le Fleurdelisé comme le drapeau officiel du Québec. On veut faire connaître l’histoire au plus grand nombre de personnes possible », explique-t-il.

Selon M. Meunier, la Fête du drapeau doit être soulignée, car celui-ci rassemble tous les Québécois.

« Aujourd’hui, on a plus de véhicules que jamais. C’est encourageant. Le drapeau est un symbole très puissant qui rassemble tous les peuples. Il faut le célébrer. On attendait une quarantaine de véhicules pour l’activité d’aujourd’hui », ajoute-t-il.

Tout comme les autres participants, Jean-François McDuff porte le Québec dans son cœur. « Le plus gros de l’expérience, c’est de voir qu’on n’est pas les seuls à aimer nos couleurs. Notre petit côté français au travers du grand monde anglophone est encore important pour nous », affirme-t-il.

L’événement est de plus en plus populaire selon M. McDuff. « C’est ma troisième année et ça grossit de fois en fois. Toutes les fois, nous sommes surpris de la popularité de l’événement », analyse-t-il.

Le convoi a exécuté une promenade d’une vingtaine de minutes. Les véhicules sont partis de la rue King, ont traversé le pont Jacques-Cartier, ont descendu la rue Galt, ont pris la rue Belvédère et ont terminé leur parcours dans le stationnement de Radio-Canada.

« Le fait d’arrêter dans le stationnement de Radio-Canada est un clin d’œil. Lorsqu’on leur demande de souligner des festivités québécoises, ils nous regardent un peu de haut. Oui, on est nationalistes, mais on est encore Canadiens jusqu’à preuve du contraire. On ne leur en veut pas, on espère juste qu’ils viennent nous interviewer », souligne Jean-François McDuff.

Le souhait du Mouvement des insoumis a finalement été exaucé après son défilé.

De plus, comme le drapeau entre dans une nouvelle décennie, il est encore plus important de le célébrer. « Quand on arrive à 70 ans, c’est important de le souligner, ajoute M. McDuff. Il y a des drapeaux qui ne durent pas aussi longtemps. »

D’autres célébrations

La Société nationale de l’Estrie a également souligné le 70e anniversaire du drapeau. Vendredi, une cinquantaine de personnes se sont réunies pour une cérémonie officielle, selon leur page Facebook. Dimanche, un rendez-vous festif a eu lieu au Loubards. Les gens présents ont pu entendre les chansons de David Bélanger.