Robin-Marie Coleman est présidente-directrice générale adjointe (PDGA) au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.
Robin-Marie Coleman est présidente-directrice générale adjointe (PDGA) au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Le filet social des enfants entre les mains de 250 intervenants

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Sherbrooke – C’est dans l’objectif de tisser un bien meilleur filet social pour les enfants que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a tenu au début de l’été une vaste consultation avec 250 intervenants issus de différents milieux – des responsables de CPE et des intervenants scolaires, des policiers, des gens provenant du milieu communautaire, de la santé et des services sociaux ou encore des maisons de jeunes.

La protection des enfants n’est plus seulement l’affaire de la direction de la protection de la jeunesse (DPJ). L’objectif de la vaste consultation était donc clair : le plan pour la protection des enfants et de leurs familles doit devenir l’affaire de tous grâce à une solide concertation régionale.

« On veut que le plan d’action pour les jeunes et leurs familles soit le plan de l’Estrie, pas seulement le plan du CIUSSS de l’Estrie-CHUS », soutient Robin-Marie Coleman, présidente-directrice générale adjointe (PDGA) au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. 

« En pleine pandémie, nous avons invité nos partenaires à participer à des ateliers virtuels de deux heures par semaines durant trois semaines pour échanger sur différentes thématiques. Nous voulions connaître les avis de tout le monde, réfléchir ensemble à trouver des solutions », explique Mme Coleman.

À LIRE AUSSI :

La DPJ de l'Estrie presque à jour dans ses listes d'attente

Commission Laurent : le CIUSSS a fait ses devoirs

 «Le devoir de devenir le protecteur d'un enfant»

40% des enfants de milieux défavorisés sont retournés sur les bancs d'école de la CSRS

L’expérience a été fort concluante. « C’est une mine d’or d’information qui est ressortie de cette consultation », indique la PDGA du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Une mise à jour du plan d’action que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a présenté lors de son passage à la Commission Laurent, en février dernier, sera présentée aux partenaires d’ici le début septembre avant d’être rendue publique peu après.

Certaines idées ont déjà émergé de façon convaincante, même si, en ce moment, la compilation des échanges est toujours en cours.

« Par exemple, une problématique a été soulevée à plusieurs reprises. Quand un intervenant se retrouve face à un jeune et à sa famille qui a un problème quelconque, l’intervenant ne connait pas l’ensemble du panier de services disponibles. Ce serait donc aidant si on créait un carnet de services par réseau local de services (RLS), qui serait disponible à tous les intervenants », explique Mme Coleman.

Le rôle-clé des travailleurs de proximité a aussi été soulevé à plusieurs occasions, eux qui font le pont entre les familles et les services de santé.

Ce travail en collaboration de tous les intervenants permettra de rendre le filet social des enfants plus souple et plus efficace, et, en fin de compte, de diminuer l’utilisation des services de la direction de la protection de la jeunesse.

La protection des enfants n’est plus seulement l’affaire de la direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

« Il ne faut pas attendre que l’enfant ou sa famille ait des besoins pour qu’on intervienne. Le filet social qui sert à protéger les enfants doit commencer à se tisser dès l’annonce de la grossesse. Il ne faut plus attendre l’entrée à la maternelle d’un enfant pour voir s’il a une vulnérabilité au niveau d’une de ses sphères de développement. Il ne faut plus attendre non plus qu’une famille ait besoin du soutien de la DPJ, qui sont les soins intensifs du système », estime Mme Coleman.

Même si le Québec a été plongé en début d’année en pleine gestion de la pandémie, il n’était pas question pour la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS de ralentir ses travaux dans le secteur de la jeunesse au terme d’une année de travail ardu pour reprendre le contrôle des listes d’attente à la DPJ (voir autre texte).

Mme Coleman tient à remercier l’ensemble des 250 personnes qui ont accepté de participer à ces ateliers malgré toutes les embûches – certaines organisations étaient plus affectées que d’autres par la réorganisation du travail liée à la COVID-19. « La concertation régionale de l’Estrie émerge encore une fois. Cette consultation nous a permis de trouver des solutions novatrices en mettant en commun toutes nos forces «, indique la PDGA du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.