Vente de véhicules usagés: une fraude évitée de justesse

Les tentatives de fraude reliées à des transactions de véhicules usagés sont de plus en plus légion au Saguenay–Lac-Saint-Jean. N’eût été la vigilance de son père, un homme de L’Ascension-de-Notre-Seigneur a bien failli perdre 1500 $ au profit d’arnaqueurs.

L’annonce Autohebdo d’un véhicule Toyota Matrix 2007 en vente à 1500 $ apparaissant sur le site Internet Kijiji semblait fort alléchante. Le véhicule y était présenté en parfaite condition avec 73 000 kilomètres à l’odomètre. Travaillant à l’extérieur de la région, Alexandre Guay, qui magasinait un véhicule usagé, a mandaté son père Régis Guay pour finaliser la transaction.

C’est en se rappelant la médiatisation de tentatives de fraude du même genre que Régis Guay, son père, s’est attardé plus sérieusement à la transaction.

Le L’Ascensois a rapidement découvert le pot au rose en remarquant les différents expéditeurs des courriels. « Une personne devait transiger. Chaque fois, ce n’était plus la même personne. Vendredi matin, j’ai reçu un appel. C’était un monsieur à qui j’ai demandé de répéter plusieurs fois afin de bien le comprendre. Lorsque je lui ai demandé dans quelle région du Québec il habitait, il a raccroché », explique M. Guay. Celui-ci a tenu à raconter sa mésaventure afin de permettre à d’autres personnes d’éviter le même piège.

« Il était le représentant du beau-frère d’une dame qui serait médecin pour l’Unicef et qui demeurerait à Jonquière. La dame sourde et muette ne pouvait communiquer avec un potentiel acheteur », ajoute Régis Guay, en riant de l’histoire peu probable. Invoquant des raisons de sécurité, l’arnaqueur affirmait l’impossibilité de se présenter en personne. Il réclamait plutôt la somme de 1500 $ via le service de transfert d’argent Western Union.

Régis Guay a repéré le message reçu dans une autre tentative de fraude. « Vous allez nous conduire chez votre mécanicien pour l’inspection générale de la voiture afin qu’il puisse attester que vous êtes en train de faire une très bonne affaire. Ensuite, on procédera à un essai routier durant une heure de temps minimum, et on passera à la SAAQ pour le transfert des papiers en votre nom et pour établir le contrat écrit de la vente. Je vous remettrai définitivement la clé de votre voiture », peut-on lire dans l’un des courriels reçus.