La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney

UOF: l'Ontario financera sous certaines conditions

Le gouvernement de l’Ontario change son fusil d’épaule et accepte de financer le projet de l’Université de l’Ontario français (UOF), mais laisse planer un doute sur sa volonté d’être responsable de l’établissement et de sa survie après ses huit années de développement.

Mardi, la ministre des Langues officielles a envoyé un protocole d’entente à l’Ontario pour le financement de l’UOF dans lequel elle offre de payer l’ensemble des dépenses pendant les quatre premières années de développement et s’engage à financer « jusqu’à 50% » du projet.

En contrepartie, Mélanie Joly exige qu’une demande formelle soit envoyée à son ministère par le gouvernement provincial et que le gouvernement ontarien rembourse le fédéral s’il change d’avis après quatre ans et ne souhaite plus financer l’UOF.

À LIRE AUSSI: L’Ontario lance un ultimatum à Ottawa pour l’Université de l’Ontario français

> Joly présente un protocole d'entente à l'Ontario

> Le fédéral offre de payer 50% de l'Université de l'Ontario français

Le ministre de la Formation, des Collèges et des Universités, Ross Romano, a répliqué jeudi avec une série d’amendements. 

Il demande « que le Canada et l’Ontario partagent à parts égales l’investissement de 126 millions $ nécessaire pour l’implantation de l’université sur une période de huit ans. »

Selon des documents obtenus par Le Droit, l’Ontario a proposé des amendements qui laissent planer un doute sur la gouvernance de l’UOF après les années de mise sur pied de l’institution.

La contre-proposition de Queen’s Park ne contient notamment plus la nécessité d’envoyer une demande formelle au fédéral pour l’obtention de financement, en plus d’éliminer la nécessité de rembourser le fédéral si l’Ontario devait se retirer du projet.

L’Ontario a aussi retiré la ligne suivante : « Conformément à la compétence exclusive de l’Ontario en matière d’éducation, l’Ontario est responsable de l’établissement et de la continuité de l’Université de l’Ontario français.

Un porte-parole de la ministre Joly a confirmé au Droit que son bureau étudie la contre-proposition du gouvernement ontarien.

Entente souhaitée rapidement

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin, estime que les deux parties négocient «de bonne foi» et retient surtout que le gouvernement ontarien se dit prêt à s’impliquer financièrement dans la création de l’UOF.

Malgré les clauses d’imputabilité que le gouvernement de l’Ontario souhaite retirer du protocole d’entente, il se dit confiant que Queen’s Park tiendrait sa parole après les quatre premières années de développement du projet.

«On est sorti 15 000 pour protester quand le gouvernement s’est attaqué à l’université alors qu’on n’avait pas encore d’installations et de cours. Je peux imaginer comment la communauté réagirait si, après trois ans d’existence, on fermait les portes», prévient M. Jolin.

«L’université, une fois ouverte, va prospérer. Je ne suis pas inquiet», ajoute le président de l’AFO.

Le député néo-démocrate de Mushkegowuk—Baie James, Guy Bourgoin, espère que les développements des derniers jours ne sont pas que de belles paroles et qu’il y aura une entente formelle bientôt.

«On arrive aux dernières heures avant les élections et tout d’un coup, il y a une entente qui semble sur le point d’être conclue, ironise M. Bourgoin. Je suis content que les deux paliers se parlent, mais il faut qu’il y ait une entente concrète, pas juste des promesses.»

Pour l’élu néo-démocrate, si les élections étaient déclenchées sans une entente, Ottawa et le gouvernement ontarien auront pris «les Franco-Ontariens pour des pions politiques».