Cette voiture a défoncé la fenêtre et une partie du mur avant d'une maison du rang du Petit-Bois à Louiseville.

Une voiture fonce dans une maison à Louiseville

LOUISEVILLE — Le réveil d’un couple de Louiseville a été brutal, lundi matin, alors qu’une voiture a foncé dans sa maison pour se retrouver partiellement dans son salon.

L’incident s’est produit vers 7 h sur le rang du Petit-Bois. Selon des témoins, la conductrice de la voiture n’aurait pas effectué son arrêt au coin de la rue Livernoche. Elle a traversé le rang du Petit-Bois pour ensuite aboutir dans la résidence située juste en face. La voiture a défoncé une fenêtre et une partie du mur de la maison.

«C’est une dame qui aurait fait une crise d’épilepsie et qui n’aurait carrément pas arrêté au bout de la rue Livernoche et est rentrée dans la maison, résume Martin Chevalier, fils des résidents de la maison. Ça a réveillé mes parents et quand mon père est descendu, la dame était encore dans l’auto, avec la pédale dans le fond. Elle était probablement en état de choc et essayait de reculer ou d’avancer, on ne sait pas. Les services d’urgence sont arrivés très vite et sont repartis avec la dame, en ambulance.»

La Sûreté du Québec (SQ) n’a pas été en mesure de confirmer si c’est bel et bien une crise d’épilepsie qui est à l’origine de cet accident, mais indique qu’un «malaise» fait partie des hypothèses privilégiées pour le moment. Des témoins affirment avoir vu la dame sortir d’elle-même de son véhicule pour monter dans l’ambulance. Elle a été transportée en centre hospitalier, mais la SQ ne fait état d’aucun blessé dans cet événement, qui aurait toutefois pu être beaucoup plus dramatique, selon M. Chevalier.

«Là où l’auto est rentrée, c’est exactement l’endroit où mon père s’assoit pour écouter la télévision le matin, indique-t-il. Si c’était arrivé une heure plus tard, l’auto aurait été sur lui, c’était fini.»

Jean et Nicole Chevalier en sont quittes pour un choc nerveux, mais semblaient bien se remettre de leur mésaventure, selon leur fils, qui devait passer la journée avec eux.

L’ancien politicien Yvon Picotte, qui réside en face de la maison du couple, indique avoir entendu un fort bruit lundi matin, alors qu’il lisait son journal. Il a vu des véhicules de police et une ambulance dans la rue, mais n’a pas vu l’étendue des dégâts de sa fenêtre, jusqu’à ce qu’une voisine vienne le voir et la lui montre. Il confirme par ailleurs que ses voisins et amis ont été très chanceux dans leur malchance.

«Nicole et moi, on se lève souvent en même temps pour aller chercher le journal, le matin. L’auto est rentrée juste à côté de la porte d’entrée, par où elle sort. Heureusement que personne n’a été blessé», se réjouit-il.

Des ouvriers se sont rapidement mis au travail pour solidifier le mur et le refermer, lundi avant-midi.

Les autres voisins des Chevalier ont indiqué avoir aussi entendu un fort bruit lorsque la collision s’est produite, lundi matin. Tous étaient extrêmement soulagés que l’incident n’ait fait aucune victime.

En ce qui concerne la maison, les pompiers ont jugé que sa structure n’a pas été endommagée. M. et Mme Chevalier ont donc pu réintégrer leur domicile. Un entrepreneur en construction a aussi rapidement été appelé pour boucher le trou. Quant au coût des réparations, Martin Chevalier ignorait encore, lundi avant-midi, à combien il s’élèverait.

«L’évaluateur va venir cet après-midi, précise-t-il. Mais c’est sûr que c’est une maison avec de la pierre, alors ça va être difficile de retrouver les pierres exactes, surtout que c’est mon père qui l’a construite, la maison, précise-t-il. Ils (les ouvriers) vont solidifier la maison et fermer le mur, mais en raison des vacances de la construction qui commencent bientôt, ils sont pas mal occupés, alors le reste des travaux va sans doute se faire dans deux semaines.»

En attendant que ces travaux soient faits, il y a fort à parier que la solidarité et la bienveillance de leurs voisins - qui s’exprimaient déjà lundi matin, alors qu’une voisine est notamment venue leur préparer un café - aideront Jean et Nicole Chevalier à se remettre de leurs émotions.